Le cadre du FN faisait feu de tout bois

le
0
Le cadre du FN faisait feu de tout bois
Le cadre du FN faisait feu de tout bois

Aucun article n'a été publié sur son site Internet depuis le 8 juin dernier, la veille de son arrestation. Mais la page Web d'Adrien Desport, 25 ans, est toujours visible, et elle n'a rien à envier à celles des plus grands personnages politiques. Le militant -- suspendu -- du Front national de Seine-et-Marne s'y affiche en grand, un léger sourire aux lèvres, vêtu d'un costume où est épinglée la célèbre flamme bleu-blanc-rouge. Un habit qu'il revêtira peut-être aujourd'hui dans le box du tribunal correctionnel de Meaux, où il doit comparaître avec cinq autres militants du FN, parmi lesquels une jeune femme, pour association de malfaiteurs, dégradation du bien d'autrui par moyen dangereux, usage et détention de stupéfiants.

Les six prévenus sont, entre autres, soupçonnés d'avoir incendié 13 voitures à Mitry-Mory (Seine-et-Marne) dans la nuit du 8 au 9 avril, tagué la voiture d'un conseiller municipal FN à Eragny (Val-d'Oise), ainsi que les abords de la maison d'une militante FN du secteur de Provins (Seine-et-Marne). On reproche également à Adrien Desport et à l'un de ses amis d'avoir inventé de toutes pièces une agression au gaz lacrymogène alors qu'ils collaient des affiches électorales. Leur mobile : dénoncer ensuite l'insécurité grandissante.

Un homme décrit comme un grand manipulateur

La personnalité du jeune homme sera certainement au centre des débats. A tel point que lors d'une précédente audience, le tribunal a ordonné une expertise psychiatrique de l'ancien numéro 2 du FN 77. Plein d'entregent, très actif au sein de sa fédération, Adrien Desport avait réussi le tour de force d'être nommé à ce poste à seulement 24 ans, avant d'être remplacé car le secrétaire départemental ne lui faisait plus confiance. En interne en effet, certains ont la dent dure contre cet homme décrit comme un grand manipulateur. « Il avait l'air sympa au premier abord, reconnaît un militant de Seine-et-Marne. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant