Le cadeau discret, mais précieux, de Matignon à Nouméa

le
0
Le gouvernement a décidé de laisser courir la «prescription quinquennale» de la dette minière de la Nouvelle-Calédonie, d'un montant de 289,4 millions d'euros, l'effaçant de fait.

Une enveloppe de 300 millions en ces temps de disette budgétaire, ce n'est pas du luxe... Alors quand le gouvernement décide de faire une croix dessus, c'est sans tambour ni trompette! Au moins certains, au bout du monde, apprécieront-ils: l'État français a décidé de laisser courir la «prescription quinquennale» de la dette minière de la Nouvelle-Calédonie, d'un montant de 289,4 millions d'euros, l'effaçant de fait, a fait savoir hier le haut-commissariat de la République.

Dans le cadre du projet de loi de finances 2012, les sénateurs avaient suggéré la définition d'un «échéancier de remboursement compatible avec les capacités financières de la Nouvelle-Calédonie». Mais, depuis, le sujet n'avait plus été évoqué... Et c'est en toute discrétion que Jean-Marc Ayrault a «ou...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant