Le CAC 40 teste les 4900 points

le
2
Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris. (© Fotolia)
Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris. (© Fotolia)

Le marché parisien a creusé ses pertes au fil de la matinée, sans nouvelle majeure et recule de 1,7% à midi. "La baisse reste d'actualité, faute d'éléments favorables pour soutenir le marché", souligne Christopher Dembik, économiste chez Saxo Banque. Plusieurs investisseurs prennent leurs bénéfices "dans la perspective du week-end prolongé et à la veille de la publication de l'emploi américain", selon lui. Le marché parisien restera toutefois ouvert le 8 mai.

La journée était dominée par les élections en Grande-Bretagne, qui s'annoncent très serrées entre le conservateur sortant David Cameron et son concurrent travailliste Ed Miliband. L'enjeu du scrutin est très important au-delà du Royaume-Uni, entre sortie de l'Union européenne (UE) et perte de l'Ecosse. "L'indécision est très forte. Si le Labour l'emporte, les marchés vont craindre pour la City et les impôts. Si les Tories passent, les marchés vont craindre le référendum sur la sortie de l'UE promis en 2017", note le courtier Aurel BGC.

Le marché ne pourra toutefois réagir que vendredi compte tenu du fait que les premiers résultats sont attendus tard dans la soirée.

En parallèle, le marché n'aura que très peu d'indicateurs à suivre en séance, si ce n'est les demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux Etats-Unis (14H30).

Enfin, comme la veille, le marché était animé par les résultats de

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nanard83 le jeudi 7 mai 2015 à 12:25

    Toutes les explications données par les "experts" pour expliquer la baisse sont des fumisteries La Grèce n'a pas empêché la hausse excessive depuis le début de l 'année ! Maintenant , c'est les élections en GB En fait , ce sont les prises de bénéfices Et la baisse annuelle de mai ( in may , sell and go away !!)

  • fquiroga le jeudi 7 mai 2015 à 12:15

    Les robots ont ainsi décidé.....rien à voir avec les entreprises.