Le CAC 40 termine quasi stable

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - Les investisseurs attendent désormais les publications trimestrielles des prochains jours, notamment américaines. De façon plus générale, les annonces de chiffres d'affaires annuels, des résultats et perspectives dans les prochaines semaines, permettront aux marchés de se faire une meilleure idée sur la conjoncture économique... Côté macroéconomie, la production industrielle s'est contractée dans la zone euro en novembre. Outre-Atlantique, aucune statistique n'est attendue aujourd'hui... En revanche, le président américain Barack Obama va tenir une conférence de presse sur le relèvement du plafond de la dette.

ECO/DEVISES

La production industrielle s'est contractée de -0,3% dans la zone euro en novembre, en données corrigée des variations saisonnières, annonce Eurostat. Les économistes attendaient en moyenne un sursaut de 0,2%. Sur un an, la contraction atteint désormais -3,7%.

L'Agence France Trésor qui souhaitait lever entre 6 et 7,2 Milliards d'euros de bons du Trésor est finalement parvenu à émettre 7 MdsE de bons à 3 mois, 6 mois et un an. Mais les taux sont ressortis en légère progression. Dans le détail, l'AFT a levé 3,6 MdsE à 3 mois à un taux moyen de -0.002%, 1,4 MdE à 6 mois à un rendement moyen de +0,017% et 2 MdsE à un an à un rendement moyen de +0,057%. C'est la première fois depuis juillet 2012 que les taux à 6 mois ressortent positifs.

La production industrielle italienne a reculé de 1% en novembre après un repli de 1,1% le mois précédent. Le consensus tablait sur une baisse limitée à 0,2%.

Il n'y aura pas de statistiques notables de conjoncture outre-Atlantique ce lundi. Les responsables régionaux de la Fed, Dennis Lockhart et John Williams, s'exprimeront durant la journée. Dans la soirée, c'est le président de la Fed, Ben Bernanke, qui retiendra toute l'attention avec une intervention à l'Université du Michigan, qui prendra la forme d'une conversation à propos de la politique monétaire et économique aux États-Unis.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,3355$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 93,4$ et le Brent s'affiche à 110,9$.

VALEURS EN HAUSSE

* EDF rebondit de 5,1%. Le groupe et l'Etat sont parvenus à un accord pour que l'énergéticien soit compensé des déficits accumulés au titre de la Contribution au Service Public de l'Electricité (CSPE). Cette taxe collectée auprès des consommateurs est censée compenser certaines charges de service public assumée par EDF, comme le financement des énergies renouvelables ou les tarifs sociaux. Cependant depuis 2007, son produit ne couvrait plus les dépenses du groupe, ce qui accroissait son endettement. Le nouvel accord dévoilé ce matin prévoit le remboursement de la créance que représente le déficit de CSPE au 31 décembre 2012, soit un montant de 4,3 milliards d'euros, augmenté des coûts de portage induits (environ 0,6 milliard d'euros), soit une facture totale de 4,9 milliards d'euros, qui sera soldée d'ici au 31 décembre 2018, selon un échéancier de remboursement progressif. Elle sera rémunérée aux conditions de marché. Le montant définitif de la créance sera arrêté dans le courant de l'année par la CRE. L'accord emportera reconnaissance par EDF d'un produit financier d'environ 0,6 milliard d'euros dans ses comptes, correspondant à la reconnaissance des coûts de portage. Le groupe poursuit par ailleurs ses discussions avec l'Etat afin d'alléger son niveau d'endettement.

* Peugeot reprend 4,9%. Banque PSA Finance a signé vendredi un nouveau crédit syndiqué de 4,1 milliards d'euros auprès de 18 banques de 8 pays différents. La demande a dépassé l'offre pour ce prêt de maturité 5 ans. En parallèle, l'établissement a fait prolonger une ligne de crédit revolving de 1,2 milliard d'euros, avec une maturité étendue à janvier 2016. L'extension simultanée d'une ligne de crédit pour 1,8 milliards d'euros à décembre 2015, apporte à Banque PSA Finance des lignes pour un montant de 3 milliards d'euros. Enfin, Banque PSA Finance a également obtenu le renouvellement de la majorité de ses lignes bancaires bilatérales. Ces opérations permettent à la société de disposer de 11,5 milliards d'euros de crédit bancaire à moyen terme. "Le renouvellement de ces lignes bancaires, associé aux actions de titrisation et au projet d'émissions obligataires avec garantie de l'Etat, assurent au refinancement de Banque PSA Finance une visibilité et une grande robustesse en montant et en durée", se réjouit le holding financier de Peugeot.

* Alcatel-Lucent monte de 3,3%. On a de nouveau beaucoup parlé en Bourse ce matin de la division câbles marins du groupe, puisque la Ministre de l'Economie Numérique Fleur Pellerin, interrogée dans 'Les Echos', a estimé que cet actif devrait rester entre des mains françaises, afin de préserver la compétence et son caractère stratégique. Un peu plus tard en matinée, le patron de France Telecom, Stéphane Richard, a déclaré lors d'une conférence de presse qu'un rachat de cette filiale de l'équipementier "aurait du sens" pour son entreprise... En décembre dernier, des rumeurs avaient déjà fait part de l'intérêt de France Telecom pour les câbliers d'Alcatel, à la recherche de liquidités pour assainir son bilan, une opération qui pourrait être montée avec l'appui du Fonds Stratégique d'Investissement.

* Crédit Agricole est en hausse de 3% avec Société Générale (+3,8%) et Natixis (+1,1%). BNP Paribas gagne également 1%. Après avoir joué la solidité avec BNP Paribas, c'est donc désormais vers le Crédit Agricole et la Société Générale que Crédit Suisse conseille de se tourner. Les deux banques voient leur recommandation relevée de "Neutre" à "Surperformance". L'objectif de cours de Crédit Agricole est augmenté de 6,2 Euros à 9,5 Euros et celui de la SG de 29,7 à 40,9 Euros. BNP Paribas reste largement recommandé puisque son objectif de cours est porté de 44,4 Euros à 60 Euros.

* Capgemini gagne encore 2,5%. Barclays a relevé de "pondération en ligne" à "surpondérer" sa recommandation en visant 40 Euros contre 30 précédemment, tandis que Goldman Sachs a entré le titre dans sa liste de valeurs préférées, pour un objectif de 50 Euros contre 42 jusque-là. Vendredi déjà, le titre avait été dopé par les bons chiffres publiés par la SSII indienne Infosys.

* Saint-Gobain gagne 0,4%. Le changement de périmètre pourrait connaître une nouvelle accélération avec l'offre d'achat de Verallia North America reçu du groupe Ardagh. Le géant français des matériaux de construction a accepté d'entrer en négociations exclusives avec le groupe Ardagh, qui a proposé 1,694 milliard de dollars (1,275 milliard d'euros) pour cette division, dette comprise, soit 6,5 fois son EBITDA 2012 (environ 261 millions de dollars). Cette offre ferme et irrévocable ne comporte pas de condition de financement. Verallia Amérique du Nord a dégagé en 2012 un chiffre d'affaires de 1,62 milliard de dollars et un résultat d'exploitation de 171 millions de dollars en 2012, ce qui en fait le second producteur de bouteilles et de pots en verre aux Etats-Unis, après Owens-Illinois. La société dispose de 13 sites industriels répartis sur l'ensemble du territoire, et emploie plus de 4.400 personnes. L'issue des discussions ne fait guère de doute, d'autant que le président de Saint Gobain, Pierre-André de Chalendar, a expliqué que l'offre "constitue une excellente opportunité de franchir une nouvelle étape dans la mise en oeuvre de la stratégie de recentrage des activités" de son entreprise sur les métiers de l'habitat, et qu'elle valorise cette actif "dans de très bonnes conditions", qui se révèlent même "supérieures à ce qui était envisagé lors du projet de mise en bourse de 2011".

* Vinci s'adjuge 0,4%. Le groupe a fait part du succès du placement réalisé par sa filiale les Autoroutes du Sud de la France (ASF), concernant une émission obligataire de 700 millions d'euros, à échéance janvier 2023, assortie d'un coupon de 2,875% l'an. Réalisée dans le cadre du programme EMTN d'ASF, cette opération a été très bien accueillie par les investisseurs (plus de 6 fois sursouscrite par près de 300 comptes). Cette émission est destinée à refinancer la dette existante d'ASF et lui permet d'en allonger la maturité moyenne. Elle a été menée par BBVA, Barclays, ING, Mitsubishi UFJ Securities International, Société Générale Corporate and Investment Banking et UniCredit.

VALEURS EN BAISSE

* Bouygues recule de 2,5%. L'Agence nationale des fréquences (ANFR) a publié ce jour "l'observatoire des déploiements dans les réseaux mobiles", qui concerne les opérateurs en 3G et les premiers déploiements pour le très haut débit mobile (4G) du 1er novembre 2012 au 1er janvier 2013. A cette date donc, l'organisme a recensé 37.251 sites équipés pour la 3G et 819 sites équipés pour la 4G (en bande 2,6 GHz).

* Alstom cède 2,4%. Le groupe a remporté un contrat de 250 Millions d'Euros en décembre dernier en Libye, pour fournir à la Compagnie Générale d'Electricité de Libye (GECOL) des pièces de rechange pour onze turbines à gaz. Celles-ci avaient été vendues par Alstom (modèle GT13) pour équiper 5 centrales. Le contrat inclut également un ensemble de pièces maîtresses destinées à la maintenance de la base installée de GECOL.

* Vallourec perd 2,4% et enregistre ainsi une troisième séance consécutive de baisse.

* Veolia redonne 0,9% après une légère progression de 0,2% vendredi.

* LVMH cède 0,6%. Swatch Group, PPR (objectif relevé de 135 à 160 Euros) et Hugo Boss sont les trois dossiers préférés de la Deutsche Bank dans l'univers du luxe européen, tandis que la recommandation sur Richemont a été relevée à l'achat. Le courtier a en revanche abaissé LVMH (objectif relevé de 135 à 145 Euros) et Prada de "acheter" à "conserver". L'analyste ne s'attend pas à un cru 2013 particulièrement difficile par rapport à 2012, mais pense qu'après trois ans de forte croissance, les taux de progression devraient se normaliser.

Finance Plus, édité par Le Revenu

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant