Le CAC 40 tente un rebond

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - Il reste une semaine aux politiciens américains pour s'entendre sur le budget et surtout pour relever le plafond de la dette et éviter le défaut. La confiance des marchés semble revenir quant à la possibilité d'un accord et le CAC 40 reprend de la hauteur ce matin, grimpant de 0,60% à 4.150 points.

Si l'annonce dans la nuit de mardi à mercredi de la nomination de Janet Yellen à la tête de la Fed, n'a eu aucun effet hier sur les marchés, durant la dernière nuit, on apprenait que les Républicains avaient une proposition à faire. Elle sera dévoilée juste avant la clôture parisienne, à 17h00, ce qui redonne du crédit à une issue favorable une solution entre les Républicains et les Démocrates. Elle est attendue !

WALL STREET

Après la lourde sanction de la veille, Wall Street est parvenue à finir proche de l'équilibre, les investisseurs accueillant favorablement l'arrivée de Janet Yellen à la tête de la Fed. Les "Minutes" du FOMC (dernière réunion monétaire de la Fed) ont quant à elles confirmé les désaccords au sein de la Banque centrale quant à l'avenir du programme de soutien économique. Une réduction du programme de rachat d'actifs de la Fed devrait néanmoins bien avoir lieu d'ici la fin de l'année. L'impasse budgétaire aux États-Unis continue par ailleurs à inquiéter les marchés financiers, qui avaient pris la chose à la légère lors des premiers jours du "shutdown" américain. Du côté des entreprises, Costco Wholesale, Family Dollar et Fastenal ont dévoilé leurs derniers comptes trimestriels après Alcoa la veille. Le DJIA progresse finalement de 0,18% à 14.803 pts, tandis que le Nasdaq abandonne 0,46% à 3.678 pts. Le S&P500 avance enfin de 0,06% à 1.656 pts.

ECO ET DEVISES

La production industrielle française d'août déçoit, avec une progression limitée à +0,2% alors que le consensus était positionné à +0,6%. Sur un an, elle se contracte de -2,9%. La production manufacturière seule est en hausse de +0,3%, pour +0,6% espéré. Sur un an, elle reste en forte baisse de -3,8%.

Aux Etats-Unis, les prix à l'import et à l'export d'août et les chiffres du budget mensuel ne seront pas publiés, faute d'impasse budgétaire. Les inscriptions hebdomadaires au chômage le seront en revanche (14h30 : consensus 311.000 demandes nouvelles et 2,863 millions de demandes continues).

La parité euro / dollar atteint 1,3498 ce matin. Le baril de Brent se négocie 109,02$ et le WTI 101,65$ pour l'échéance de novembre. L'once d'or se traite 1.304$ (-1,4%).

VALEURS EN HAUSSE

*Air France KLM (+0,80% à 7,42 Euros) : Alitalia (détenue à hauteur de 25% par Air France) a besoin d'une augmentation de capital de 300 millions d'euros et d'une ligne de crédit bancaire de 200 millions pour assurer sa survie, selon un responsable syndical cité par Reuters. L'augmentation de capital sera sans doute souscrite pour moitié par les actionnaires actuels et pour moitié par un investisseur du secteur public, a poursuivi ce responsable, ajoutant que la compagnie aérienne italienne ne rembourserait pas un précédent prêt de 95 millions d'euros octroyé par les actionnaires. Ce responsable a également souligné qu'Alitalia risquait d'être dans une situation de défaut "dans quelques jours" si aucune solution n'était trouvée.

* EADS (+1% à 48,40 Euros) : le marché du fret aérien, qui n'est pas au beau fixe ces dernières années, recèle malgré tout du potentiel, selon Airbus, qui estime qu'il va croître de 4,8% en moyenne annuelle sur les vingt prochaines années. En 2032, la Chine devrait représenter à elle seule 22% du marché, selon les projections dévoilées ce matin à Hong Kong par l'avionneur, tandis que les marchés émergents dans leur ensemble généreront 80% du trafic. Dans ce contexte, Airbus s'attend à une demande de 2.730 appareils, dont la majorité, 1.860, seraient des conversions d'appareils de transport de passagers. Le marché du neuf représenterait donc 870 avions, pour une valeur marchande catalogue de 234 milliards de dollars. A l'heure actuelle, le groupe affiche trois appareils de fret en portefeuille, dont un seul véritablement moderne et dédié à cette activité : l'A330-200F, capable d'emporter 70 tonnes sur 4.000 miles nautiques. Il est entré en service en 2010. Le carnet de commandes est cependant relativement ténu, avec 43 commandes dont 24 déjà honorées, soit 19 appareils restants à livrer. Airbus propose aussi un service de conversion d'A330 passagers en version cargo, baptisé "programme A330P2F". Enfin, le groupe avait développé pour son propre compte une version surdimensionnée de l'A300, baptisée "A300-600ST Super Size", plus connue sous le nom de "Beluga", dont 5 exemplaires sont toujours utilisés pour transporter des pièces encombrantes entre les sites industriels de Toulouse et d'Hambourg.

* CGG (+4,30% à 16,16 Euros) : le taux de disponibilité des navires a baissé à 89% au cours du 3ème trimestre, à cause d'un nombre accru de maintenances. La direction précise que ce recul était prévu. 93% des navires étaient disponibles un an avant mais aussi sur le trimestre précédent. Le taux de production de la flotte est en revanche en progression, à 94% contre 90% un an avant, et 92% au second trimestre 2013. Au troisième trimestre 2013, les navires 3D ont opéré à 78% sur des contrats exclusifs et à 22% sur des programmes multi-clients. CGG doit publier ses comptes trimestriels le 6 novembre prochain au matin.

VALEURS EN BAISSE

* Le Bélier (-0,40% à 17,71 Euros) : ça bouge au sein du holding Copernic, la holding de contrôle du fondeur en aluminium Le Bélier. Le Fonds de consolidation et de développement des entreprises, qui avait pris des parts en 2010, a décidé de quitter le capital et de mettre fin, par conséquent, au pacte d'actionnaires signé avec LBP, la structure qui porte les titres de la famille Galland. C'est d'ailleurs LBP qui a repris les parts du fonds, via sa filiale Galilée. L'opération a été réalisée via des financements obligataires contractés avec Capzanine et SocGen Capital Partenaires. Ce faisant, la famille Galland entend "poursuivre le déploiement de sa stratégie industrielle et commerciale avec les managers principaux du groupe, déjà actionnaires de Copernic".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant