le CAC 40 repasse sous les 3750 points

le
0
Les craintes sur la dette souveraine de certains Etats européens continuent de peser tandis qu'outre-Atlantique, la santé de l'économie inquiète toujours.

Troisième séance consécutive de baisse à la Bourse de Paris. Ce mercredi, le CAC 40 a terminé en repli de 0,67% à 3737,12 points, après avoir déjà cédé 0,1% mardi et 0,43% lundi, et dans un volume d'échanges toujours aussi restreint (moins de 2,7 milliards d'euros).

L'indice phare de la Bourse de Paris a tenté à plusieurs reprises de reprendre de la vigueur, mais le pessimisme sur les marchés américains a entraîné les places boursières européennes dans le rouge : à Londres, le Footsie a reculé de 0,17% et le Dax de Francfort s'est effrité de 0,47%.

Sur le marché des changes, l'euro poursuit inexorablement sa hausse face à un dollar délaissé. La monnaie européenne se traite à plus de 1,36 dollar, soit au plus haut depuis plus de cinq mois. Et l'or libellé en dollars - a encore atteint un record historique en frôlant 1315 dollars l'once en séance. Hier, les stocks hebdomadaires de pétrole aux Etats-Unis se sont réduits de 475.000 barils, quand les économistes prévoyaient un allègement de 300.000 barils. Une annonce qui a fait grimper le cours de l'or noir, dont le baril s'échange au-delà de 77 dollars.

Inquiétudes de part et d'autre de l'Atlantique

Aux Etats-Unis, la confiance des consommateurs et des investisseurs est ternie et les résultats des entreprises américaines au troisième trimestre ne seront pas très bons, selon les analystes. L'Europe, elle, continue subir les craintes sur la dette souveraine de certains Etats, avec en ligne de mire l'Espagne et l'Irlande. La Banque centrale européenne s'est dite « préoccupée » du degré de dépendance de certains établissements bancaires aux financements de l'institution et a souligné que « les risques pesant sur la stabilité du secteur bancaire demeurent ».

A Paris, les valeurs bancaires ont subi de plein fouet ces inquiétudes, avec notamment Société Générale (-3,40%) et BNP Paribas (-2,35%) qui affichent les plus forts replis du CAC 40. Fraîchement sortie du CAC 40, Dexia s'en sort bien (+0,90 %), portée par un éventuel rapprochement avec La Banque postale. « Le dossier est extrêmement avancé », selon un proche du dossier.

LIRE AUSSI :

» Les liens très étroits entre le CAC 40 et Wall Street

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant