Le CAC 40 repart déjà en baisse

le
1
DR
DR

(lerevenu.com) - L'indice replonge dans le rouge ce matin, cédant 0,85%, à 4.085 points, alors que le rendez-vous de demain soir concernant le verdict de la banque centrale américaine sur sa politique de soutien économique est dans toutes les têtes... 

Hier, les places financières ont rebondi, soutenues par une belle performance de l'industrie américaine en novembre, même si cela conforte l'hypothèse d'une réduction du programme de la banque centrale... Si l'on s'en tient aux statistiques compilées par Bloomberg, 34% des économistes (23 sur 67 questionnés) anticipent une annonce de baisse de soutien demain soir, dans des proportions modestes. Mais le sondage a été effectué avant une nouvelle batterie d'indicateurs macroéconomiques positifs, qui crédibilisent ce scénario. Les avis sont donc encore largement partagés.

WALL STREET

Wall Street a clôturé en hausse lundi, solide avant la réunion monétaire de la Fed. Les fusions et acquisitions ont soutenu les indices boursiers américains, avec une OPA sur LSI pour 6,6 Mds$ et des rumeurs d'offre de Sprint sur T-Mobile pour environ 20 Mds$. Google faisait également parler de lui, avec une nouvelle acquisition dans la robotique. Enfin, l'assureur AIG a confirmé une cession de son unité ILFC pour 5,4 Mds$. Le DJIA a gagné 0,82% à 15.885 pts, tandis que le Nasdaq prenait 0,71% à 4.030 pts. Le S&P500 s'est quant à lui adjugé 0,63% à 1.787 pts.

ECO ET DEVISES

En Europe, l'indice des prix à la consommation britanniques de novembre (10h30), le sondage ZEW allemand de décembre (11h00) et l'indice des prix à la consommation de novembre dans la zone euro (11h00) sont au programme. Aux Etats-Unis, place au début de la réunion monétaire de la Fed, à l'indice des prix à la consommation de novembre (14h30 : consensus +0,1% m/m), à la balance des comptes courants du 3ème trimestre (14h30) et à l'indice du marché immobilier américain de décembre (16h00 : consensus 55).

La parité euro / dollar atteint 1,3771 ce matin. Le baril de Brent se négocie 109,31$ et le WTI 97,63$ pour l'échéance de février. L'once d'or se traite 1.242$ (+0,07%).

VALEURS EN HAUSSE

* Peugeot (+2% à 9,13 Euros) : les immatriculations de véhicules particuliers neufs ont progressé de 1,2% dans l'Union européenne en novembre 2013, à 938.021 unités, ramenant leur contraction sur 11 mois à -2,7% par rapport à la même période de 2012, pour 10.945.360 immatriculations. Dans la totalité de l'Europe, les immatriculations sont en hausse de 0,9% à 975.281 véhicules en novembre. Sur le dernier mois écoulé dans l'Union européenne, Renault tire encore son épingle du jeu avec +9,9% à 88.984 immatriculations, soit une part de marché de 9,5% contre 8,7% un an avant. PSA baisse encore, modérément (-1,2%) à 101.598 immatriculations, soit 10,8% du marché, avec une baisse chez Citroën (-4,2%) mais une hausse chez Peugeot (+1,3%). La performance de Renault est d'autant plus remarquable qu'elle est la seule marque, avec Volkswagen (+3,3%) à progresser sur le mois parmi les huit leaders. Le constructeur s'est appuyé sur la marque Renault (+3,1%) mais surtout sur Dacia (+31,1%).

VALEURS EN BAISSE

* Orange (-1,50% à 8,51 Euros) : Stéphane Richard, invité d'Europe 1 ce matin, a réagi à l'offensive de Free dans le domaine de la 4G, alors que B&You de Bouygues lance la 4G en s'alignant sur les prix de Free Mobile. Le dirigeant a confirmé que Sosh proposerait un forfait 4G à 24,99 Euros début janvier. Concernant le sujet sensible de la couverture du réseau 4G, l'association UFC-Que choisir, ayant évoqué en novembre une couverture de 73,9% de la capitale, avec notamment des "vides" dans le sud ouest parisien, Stéphane Richard a répliqué : "C'est un peu le foutoir et de ce point de vue, il faut que quelqu'un siffle la fin du jeu, c'est le rôle du régulateur. (...) D'après cette étude, je n'avais pas de réception 4G dans mon bureau ! (...) Je peux vous dire que le Président d'Orange capte la 4G dans son bureau. J'ai toutes les barrettes sur mon téléphone...". Concernant une autre polémique, celle portant sur les marges et les propos de Xavier Niel, le patron de Free, à l'encontre des trois plus gros acteurs du marché accusés de gonfler leurs marges au détriment des consommateurs, là encore Stéphane Richard a répliqué : "Savez-vous qui est le recordman de la marge ? Xavier Niel, dans le fixe! C'est grâce à cet argent qu'il est devenu très riche et qu'il a financé le mobile".

* EDF (-0,70% à 25,26 Euros) : la sécurité du chantier du réacteur nucléaire de Flamanville inquiète l'Inspection du travail. Au point que celle-ci vient de mettre en demeure EDF de mettre d'urgence en conformité la machine centrale du chantier avec les normes de sécurité. Composée d'un pont polaire (Apco) et de chariots (TLD Mammoet), cette machine sert à l'installation des équipements sur le site de construction. L'information, révélée hier par le site 'Mediapart' a été confirmée par EDF, qui a toutefois démenti toute interruption des travaux sur le chantier. "Nous avons bien reçu cette demande de l'inspection du travail vendredi concernant ce rapport", mais "le chantier n'est pas arrêté", a ainsi déclaré un porte-parole du groupe à l'AFP.

* GDF Suez (-0,45% à 16,42 Euros) : le groupe est désormais implanté en Inde, une première pour le groupe dans ce pays. Pour l'heure, son exposition se limite à une prise de participation majoritaire (74%) dans un projet de centrale thermique dans l'Etat d'Andhra Pradesh, au sud-est du pays. Les titres ont été acquis auprès d'Infrastructure Holdings, qui se partage le solde de 26% avec Meenakshi Energy. Le projet s'appelle d'ailleurs "Meenakshi", et comprend déjà 300 MW installés, qui seront rejoints par une tranche de 700 MW en construction.

* Rexel (-0,35% à 18,36 Euros) : c'est le lot des sociétés placées en bourse par un fonds d'investissement : ponctuellement, l'ancien actionnaire majoritaire se sépare de nouvelles tranches de titres. C'est le cas de Rexel, puisque Ray Investment, le holding comprenant Eurazeo, CD&B, BofA ML et la Caisse des Dépôts du Québec, est en train de mettre sur le marché 20 millions d'actions, qui représentent environ 7% du tour de table, sur les 23,62% encore détenus par l'actionnaire. Selon des rumeurs de marché, l'opération aurait lieu dans une fourchette comprise entre 17,65 euros et le cours actuel de 18,425 euros. En bas de fourchette, le placement se ferait avec une décote de -4,2%, pour un montant brut de 353 millions d'euros environ. Généralement, ce type d'opération est toujours réalisé avec une décote sur le dernier cours coté, qui peut varier en fonction de la demande mais qui se situe souvent autour de 3%. Le communiqué de Ray Investment précise que les fonds provenant de la vente seront alloués à CD&B, Caisse des Dépôts du Québec et BofA ML, cette dernière quittant le holding post-transaction. Eurazeo n'est pas mentionné comme faisant partie des cédants. La société d'investissement, via Ray Investment France SAS, détient 38% du capital de Ray Investment, si bien que sa quote-part indirecte de Rexel avant le placement ressortait à 9,1% du capital. Si Ray Investment France SAS n'a pas placé de titre, sa détention dans Ray Investment a dû augmenter dans des proportions qui seront fournies plus tard dans la journée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlemonn4 le mardi 17 déc 2013 à 15:45

    J'adore les commentaires !