Le CAC 40 perd 1,08% en clôture

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - L'indice CAC 40 a perdu 40,56 points à 3.702,01 points, dans un volume d'échanges faible de 2,753 milliards d'euros. La veille, il avait lâché 0,66%.

Parmi les autres indices vedettes européens, Francfort a lâché 1,03% et Londres 1,17%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a perdu 1,23%.

Le marché parisien, qui a perdu près de 2% dans la matinée, a évolué en net repli tout au long de la séance. Il a toutefois limité ses pertes en fin de journée, alors que Wall Street repassait dans le vert au cours d'une séance écourtée à la veille de la fête nationale où le marché américain restera fermé.

"Le Portugal sert de catalyseur à la baisse des marchés. Cela ravive un peu les vieilles craintes sur la zone euro", souligne Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse.

Lisbonne a connu deux démissions d'affilée depuis le début de la semaine au sein de son gouvernement, dont le ministre des Finances, faisant craindre un éclatement de la coalition au pouvoir et de nouvelles élections.

Les taux d'emprunt des pays fragiles de la zone euro, surtout celui du Portugal, ont été chahutés sur le marché obligataire.

"L'incertitude porte sur l'éventualité de nouvelles élections et de la politique qui serait alors menée", alors que le pays a fait de nombreux efforts en échange de l'aide internationale, observe le gérant.

Néanmoins, "on n'est pas dans l'urgence de la situation qu'on a pu connaître dans d'autres pays de la zone euro il y a plusieurs mois", selon lui.

S'ajoutent à cela de nouvelles inquiétudes concernant la Grèce et sa capacité à obtenir une nouvelle tranche d'aide de la part de ses bailleurs internationaux.

Par ailleurs, les investisseurs ont été affectés dès l'ouverture par des indicateurs d'activité dans les services décevants en Chine qui entretiennent les craintes sur le ralentissement de l'économie dans le pays.

En revanche, les différentes statistiques américaines ont eu peu d'impact sur la tendance, malgré de bonnes nouvelles sur l'emploi.

Les nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage ont légèrement baissé la semaine dernière alors que les analystes s'attendaient à une légère hausse. Les embauches ont par ailleurs progressé plus que prévu en juin dans le secteur privé, selon l'enquête ADP.

Les bons chiffres ADP "ont renforcé les attentes sur le retrait des mesures de soutien à l'économie de la Fed (banque centrale américaine, NDLR) qui pourrait débuter selon certains en septembre", souligne Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Le marché n'a ensuite pas été affecté par l'indice ISM d'activité dans les services qui a reculé en juin, les analystes misant au contraire sur une stabilité de l'indicateur.

Par ailleurs, le marché reste en position d'attente" et soumis à la volatilité, selon M. Murail, à la veille d'un jour férié aux Etats-Unis et de la réunion de la Banque centrale américaine (BCE). Vendredi, les investisseurs scruteront en outre les chiffres de l'emploi américain.

VALEURS A SUIVRE

Les banques ont été sanctionnées en raison de la situation au Portugal et de l'abaissement d'un cran par Standard & Poor's des notes de Deutsche Bank, Barclays et Credit Suisse. BNP Paribas a perdu 2,33% à 41,33 euros, Crédit Agricole 1,71% à 6,49 euros et Société Générale 2,03% à 25,87 euros.

Plusieurs valeurs industrielles ont souffert, comme Saint-Gobain (-3,46% à 30,00 euros) et ArcelorMittal (-1,83% à 8,48 euros).

En revanche, Vallourec a terminé en forte hausse (+2,51% à 40,40 euros). Le groupe a confirmé s'être associé à une plainte déposée à Washington par des fabricants de tubes en acier produisant aux Etats-Unis contre les importations de tubes destinés à l'industrie pétrolière provenant de neuf pays.

Gecina (-1,30% à 86,067 euros) a pâti d'un abaissement de recommandation.

Carrefour a perdu 1,65% à 20,81 euros. Devancé par Leclerc en terme de part de marché sur le mois de mai, le groupe a repris la tête de la distribution en France sur le mois de juin, selon le dernier baromètre KantarWorldPanel.

Arkema a lâché 2,68% à 70,06 euros. Le Fonds stratégique de participations (FSP), société d'investissements créée par quatre grands assureurs français en 2012, a acheté 6,05% du chimiste Arkema et 5,25% du groupe de petit électroménager Seb (-4,22% à 58,76 euros).

Les valeurs automobiles se sont de leur côté bien comportées, alors que le marché automobile a progressé en juin aux Etats-Unis. PSA Peugeot Citroën a pris 3,96% à 6,23 euros et Renault 1,28% à 53,85 euros.


lerevenu.com, avec AFP.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant