Le CAC 40 passe dans le rouge

le
0
L. Grassin
L. Grassin

(lerevenu.com) - Après avoir enregistré deux séances consécutives de progression, le CAC 40 a reperdu du terrain ce mardi, clôturant sous les 4.100 points, en baisse de 1,04% à 4.091 pts.

À deux semaines de Noël, l'approche de la "trêve des confiseurs" commence à se faire sentir sur les marchés. Par ailleurs, les investisseurs ne semblent pas vouloir prendre de risques et préfèrent continuer de piloter des prises de bénéfices avant la réunion, la semaine prochaine, du comité monétaire de la Fed, qui pourrait déboucher sur une réduction du programme d'achats d'actifs de la banque centrale américaine. Du côté des société, STM s'est tout de même offert joli rebond aujourd'hui, tandis qu'EADS ferme la marche avec une baisse de plus de 3%, alors que le Groupe a annoncé une restructuration accompagnée d'une réduction d'effectifs...

ECO/DEVISES

La production industrielle française affiche une baisse de 0,3% en octobre alors que les économistes tablaient sur une progression de 0,2%. La production manufacturière en volume progresse en revanche légèrement par rapport à septembre (+0,4 %, après -0,5 %), souligne l'Insee.

Légère révision à la hausse du PIB italien au troisième trimestre. Selon la seconde estimation d'Istat, la croissance dans le pays a finalement été nulle sur la période juillet-septembre, contre une baisse de 0,1% annoncée initialement. Sur un an, le PIB affiche une contraction de 1,8% contre 1,9% précédemment. Le consensus tablait sur une baisse séquentielle du PIB de 0,1%. Par ailleurs, la production industrielle a augmenté un peu plus rapidement que prévu en octobre, affichant son deuxième mois de hausse. La production a ainsi progressé de 0,5% en variation mensuelle, signant sa plus forte hausse depuis le mois de janvier, après avoir déjà affiché une croissance de 0,2% en septembre. Le consensus tablait sur une augmentation de 0,2%.

D'après le Département américain au travail ce mardi, les ouvertures de postes aux USA pour le mois d'octobre 2013 ont été au nombre de 3,925 millions, contre 3,9 millions de consensus et 3,91 millions un mois avant.

Le conseil des gouverneurs de la Fed a unanimement adopté ce jour la règle Volcker. Bart Chilton, membre de la CFTC (Commodity Futures Trading Commission) américaine, avait expliqué plus tôt ce jour que la règle serait bien adoptée aujourd'hui. Cependant, les Etats-Unis ne devraient pas implémenter cette règle avant 2015, et son aspect final permet les couvertures de 'proprietary trading' des banques. La règle demande cependant une corrélation étroite entre la couverture en question et le risque sous-jacent. La règle Volcker, concernant le système bancaire, vise initialement à réduire les investissements spéculatifs des établissements financiers, en particulier sur compte propre, ainsi que les conflits d'intérêt.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,3767$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 97,9$ et le Brent s'affiche à 108,8$.

VALEURS EN HAUSSE

* STM grimpe de 4,1% après une progression symbolique de 0,06% hier.

* CGG gagne 2,3%. Le groupe a signé avec le Norwegian Petroleum Directorate (NPD) le contrat relatif aux modules Sismique, Puits et Production de la base de données Diskos, le répertoire national de données pétrolières et gazières de la Norvège. Le cadre du contrat inclut l'installation des systèmes informatiques au cours de l'année 2014, ainsi que la gestion de la base de données à partir de 2015 jusqu'à la fin 2020. La base de données Diskos est une solution partagée permettant de rationaliser la gestion des données sismiques, de puits et de production de la Norvège, en les stockant et les distribuant électroniquement

* Iliad gagne 0,7% grâce à une recommandation positive plus qu'à l'annonce de la disponibilité de la 4G pour les titulaires de forfait à 2 euros de l'opérateur. La Deutsche Bank a en effet annoncé ce matin qu'elle relevait de "conserver" à "acheter" sa recommandation sur le dossier, valorisé 191 euros par action, contre 167 précédemment. Peu avant l'ouverture, Free Mobile a donc lancé un nouveau pavé dans la mare en ouvrant la 4G à son forfait 2 euros, qui bénéficie aussi désormais des MMS en illimité pour la France Métropolitaine. Compte tenu du prix de l'abonnement, il ne bénéficiera pas de la manne dévolue au forfait classique à 19,99 euros (20 Go). En effet, au-delà des 50 Mo prévus dans le forfait, chaque Mo additionnel sera facturé 0,05 euro.

* Eutelsat (stable) a émis 930 millions d'obligations senior à 6 ans. Les obligations seront émises à 99,289% et seront remboursables à 100% de leur montant principal à leur maturité. Le coupon s'élèvera à 2,625% par an. Ces obligations permettront à Eutelsat de couvrir les besoins de financement liés à l'acquisition de l'opérateur de satellites Satmex annoncée en juillet 2013. Par conséquent, le crédit relais signé par Eutelsat en septembre 2013 pour financer l'acquisition de Satmex sera annulé.

VALEURS EN BAISSE

* EADS perd 2,6%. Le plan de restructuration des activités Espace et Défense prévoit finalement 5.800 suppressions de postes en Allemagne, France, Espagne et Angleterre dans ses activités de défense et d'espace. Ces mesures concernent un millier d'emplois en France. Dans le détail, le plan qu'EADS a présenté en comité de groupe européen concerne 4.500 emplois en CDI, dont 500 postes dans les "fonctions support", et l'arrêt de contrat de 1.300 intérimaires. Tom Enders avait multiplié dernièrement les sorties pour préparer ses salariés et plus généralement les décideurs européens à une action d'envergure. EADS cherche à relancer sa branche défense et sécurité, mise à mal par les coupes budgétaires dans le monde, en particulier en Allemagne, et sa base de coûts élevée. Le groupe a aussi considéré que son organisation actuelle était un frein à son efficacité. Il avait ainsi annoncé en juillet dernier qu'il allait repenser ses contours, en regroupant Airbus Military (avions militaires), Astrium (satellites) et Cassidian (défense et sécurité) au sein d'une même division "défense et espace", qui sera rebaptisée "Airbus Defence & Space".

* Alcatel-Lucent reperd 2,4%. Le groupe a annoncé l'ouverture d'un centre d'innovation à Taïwan, le Taiwan Innovation Center, afin d'accroître les projets stratégiques avec les fournisseurs de services et les entreprises clientes dans le Nord de l'Asie et en Chine. Par ailleurs, Alcatel-Lucent et la STIB, la première entreprise belge de transport public urbain, annoncent qu'ils vont déployer un réseau haut débit qui acheminera tout le trafic opérationnel nécessaire pour assurer les communications et la sécurité du nouveau métro sans conducteur et entièrement automatique de Bruxelles.

* Renault perd 2,3%. Renault et Orange ont signé un accord pour explorer les usages de la 4G dans les véhicules. Les deux groupes pronostiquent un véhicule du futur "hyper-connecté", à vocation professionnelle comme personnelle. Pour alimenter les efforts de R&D communs, L'opérateur a déployé la 4G au sein des sites de recherche et d'expérimentations du constructeur, afin que les équipes testent des fonctionnalités comme le bureau virtuel, le "cloud gaming" et même la visioconférence. Une première expérimentation est en cours sur le prototype Next Two développé sur base Renault ZOE, et sera présentée à l'occasion du WEB 13 sur le stand Renault. La marque au losange rappelle que le véhicule connecté est déjà une réalité avec son offre "R-Link", en partenariat avec Orange Business Services, proposée sur la plupart des modèles, une tablette tactile intégrée et connectée, que le cabinet SBD a reconnu comme le système multimédia européen le plus ergonomique. Orange perd 1,8%.

* LVMH recule de 1,8% sous les 129 Euros.

* Total cède 1,6%. Un groupe d'investisseurs mené par Advent International a pris une participation minoritaire dans Oleoducto Central, dit "Ocensa", le principal système de transport de pétrole de Colombie. Avec deux fonds de pension locaux, l'investisseur va racheter 22% de l'oléoduc auprès de Total et CEPSA. Le groupe pétrolier colombien Ecopetrol, via Cenit, restera majoritaire. Les modalités financières n'ont pas été communiquées. Advent espère boucler la transaction dans les prochaines semaines, une fois les autorisations usuelles obtenues. Total détenait 5,2% du capital de l'oléoduc fin 2012, après en avoir déjà cédé 10% en 2011. La valeur de cette participation au bilan, classée dans les actifs disponible à la vente, ressortait à 83 millions d'euros au 31 décembre dernier.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant