Le CAC 40 clôture proche de l'équilibre

le
0
DR
DR
(lerevenu.com) -
Ce matin en Asie, la plupart des places étaient closes avec le début des festivités du nouvel an chinois. La bourse parisienne est ainsi restée calme ce lundi, avant une grosse série de publications d'entreprises en Europe, notamment en France avec le compartiment automobile et les banques à partir de demain...

ECO ET DEVISES

Les indicateurs composites avancés de décembre de l'OCDE "montrent des divergences de croissance des perspectives économiques des principales économies", a indiqué à la mi-journée l'organisation basée à Paris. Ainsi des signaux de croissance économique soutenus proviennent des Etats-Unis et du Royaume-Uni, même si la tendance outre-Manche semble moins dynamique que lors du mois précédent. Au Japon et au Brésil, des signes d'une reprise de croissance émergent, mais les signes sont moins évidents dans la zone euro. Ainsi en Italie et en Allemagne les indicateurs composites avancés signalent une stabilisation des perspectives de croissance, mais ceux-ci restent faibles pour la France.



La Chine est devenue en 2012 le leader mondial du commerce ! Le volume des échanges commerciaux de la Chine (importations et exportations) a ainsi dépassé pour la première fois celui des Etats-Unis, selon les chiffres du commerce extérieur publiés par les deux pays et compilés par l'agence 'Bloomberg'. Les exportations et importations américaines ont atteint l'an dernier le montant total de 3.820 Milliards de Dollars, tandis que ceux de la Chine se sont élevés à 3.870 Mds$. Pour de plus en plus de pays, la Chine est devenue, ou est en passe de devenir, le premier partenaire commercial, bousculant l'ordre commercial mondial dominé depuis la fin de 2ème guerre mondiale par les Etats-Unis, qui avaient eux-mêmes détrôné la Grande-Bretagne... En termes de PIB, les Etats-Unis restent cependant fermement ancrés à la première place de l'économie mondiale, avec un produit intérieur brut annuel de 15.000 Mds$ contre "seulement" 7.300 Mds$ pour la Chine.

La production manufacturière française a progressé de 0,1% entre novembre et décembre, selon les données publiées ce matin par l'INSEE. Les économistes redoutaient en moyenne une contraction de -0,3%. Sur un an, elle se contracte de -2,9%. Quant à la production industrielle dans son ensemble, elle décline de -0,1%, un peu moins que ce qui était attendu. En décembre, les industries agricoles et alimentaires (+1,9%) tirent leur épingle du jeu, notamment à cause de la forte hausse de la production de bière avant l'augmentation de la taxation du 1er janvier 2013. Les autres produits industriels (+0,3%) sont également solides, à l'inverse du matériel de transport (-6,8%), malgré un sursaut de l'automobile (+4,5%). Les équipements électroniques reculent de -0,9%. Sur le quatrième trimestre, la production manufacturière enregistre une forte baisse de -2,5%, comme la production globale (-1,8%).

Vendredi, les 27 pays de l'Union européenne ont adopté un budget de rigueur pour la période 2014-2020, en baisse de 3% par rapport à la période précédente, ce qui pourrait limiter le potentiel de croissance de la région. Ce lundi, les ministres des Finances de la zone Euro doivent se réunir au sujet du soutien financier à Chypre et à la Grèce, au moment où les doutes sur la zone Euro refont donc surface... Depuis deux semaines, le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy est mis en cause dans une affaire de corruption, tandis qu'en Italie, à l'approche des élections législatives des 24 et 25 février, Silvio Berlusconi et ses thèses anti-européennes gagnent du terrain sur le leader dans les sondages, le candidat du centre-gauche Pier Luigi Bersani...

La parité euro / dollar atteint 1,3414. Le baril de Brent se négocie 118,3$ et le WTI 96,2$ pour l'échéance de mars. L'once d'or se traite 1.647$.

VALEURS EN HAUSSE

* Nexans reprend 3,9%. JP Morgan a rehaussé sa recommandation de "souspondérer" à "neutre" ce matin sur le dossier.

* Sanofi gagne 3,4%. Le malheur des uns fait le bonheur des autres. L'agence américaine du médicament a retoqué les insulines de Novo Nordisk, pour des raisons de sécurités cardiovasculaires exigeant davantage de tests. Au Danemark, l'action Novo a plongé de 15% dès l'ouverture ce matin. La décision de la FDA "devrait signifier 3 années de retard et repousser l'autorisation de ces 2 produits à 2016", selon Oddo Securities ce matin.

* Michelin gagne 2,2%. Michelin devrait publier un chiffre d'affaires 2012 de 21,639 milliards d'euros demain matin, avant l'ouverture du marché, à en croire l'estimation moyenne des analystes.

* Eurofins Scientific (+1,7%). Le titre profite d'un effet collatéral des révélations sur la présence de viande de cheval dans les plats surgelés "100% boeuf" de marque Findus. Le laboratoire est en effet l'un des leaders mondiaux du contrôle sanitaire, et tire 40% de ses revenus de l'agro-alimentaire. "Si la piste criminelle est mise en avant, ce scandale pose la question des contrôles et de la traçabilité, notamment dans le cadre d'échanges globalisés de marchandises", explique ce matin Oddo, qui pense que "ce type d'annonce et de scandale a grande échelle milite pour un renforcement des contrôles et fait le jeu d'Eurofins".

* GDF Suez monte de 0,8% après avoir déjà repris 0,2% vendredi.

* EDF grimpe de 0,5%. Le rapport annuel de la Cour des Comptes sera publié demain... Mais la presse économique dévoile dès ce matin une des cibles de la Cour ! Il s'agit d'EDF, qui distribuerait selon les magistrats, des avantages "excessifs" à ses salariés. Salaire de la direction, avantages en nature (tarifs privilégiés des agents), hausse de 30% du nombre de cadres-dirigeants entre 2005 et 2010... Toutes les catégories de salariés sont pointées du doigt avec la conclusion suivante : "les salariés du groupe EDF, contrairement aux salariés du secteur privé, n'ont pas subi de ralentissement du rythme de progression de leur rémunération globale depuis 2008, en dépit des résultats contrastés d'EDF".

VALEURS EN BAISSE

* PagesJaunes perd 2,2%. Le titre souffre avant la publication mercredi de ses comptes 2013. Gilbert Dupont a maintenu ce matin à la vente sa recommandation, jugeant l'opérationnel encore fragile, le bilan toujours problématique et redoutant une pression vendeuse sur l'action une fois le capital recomposé. Il valorise le dossier 2,10 euros l'action.

* PPR perd 2,2% après un rebond de 2,7% vendredi et LVMH cède aussi 2%.

* Technip recule de 2%. Le "Deep Orient" est le dernier-né des navires de construction de Technip. Il a été baptisé aujourd'hui même à Vigo, en Espagne. Le navire, dont la construction a respecté les délais initialement fixés, dispose d'une grue principale de 250 tonnes, d'une capacité de positionnement dynamique, de deux robots télécommandés ainsi que d'une grande surface de pont de 1.900 mètres carrés, pour le stockage d'équipements durant les opérations en zones isolées. Il peut loger 120 personnes et respecte les dernières normes environnementales maritimes. Ses premiers projets seront conduits en Norvège.

* Edenred (-1,6%). Le groupe a indiqué que la dévaluation programmée du bolivar vénézuélien allait peser sur ses comptes.

* Akka recule de 1,4%. Encore des dégagements sur le titre, qui a déçu la semaine dernière avec des revenus inférieurs aux attentes en 2012. Genesta a abaissé de "acheter" à "neutre" sa recommandation ce matin. L'objectif de cours passe de 28,50 à 24 euros. "Nous abaissons nos prévisions à court et moyen termes", indique l'analyste, qui a noté que l'intégration de MBtech est plus compliquée que prévu. L'activité bénéficie cependant d'un filet de sécurité avec la garantie de chiffre d'affaires de 5 ans octroyée par Daimler dans le cadre du rachat de son ancienne filiale.

* Eiffage (-0,7%). A l'occasion de la publication de son chiffre d'affaires 2012 (14,035 milliards d'euros), le groupe a précisé l'état de son carnet de commandes. Il s'élève à 12,2 milliards d'euros au 1er janvier 2013, en retrait de 9,7% par rapport au 1er janvier 2012. Il est néanmoins en hausse de 13% depuis le 1er janvier 2011 et reste à un niveau historiquement élevé. "Ce carnet de commandes, qui représente plus de 12 mois de chiffre d'affaires des branches travaux, assure ainsi une activité toujours soutenue pour 2013", indique le groupe. Sur l'année à structure réelle, le chiffre d'affaires d'Eiffage croît de 2,2%, avec un rythme plus marqué en France (+ 2,7%). A contrario, l'activité est globalement en retrait (- 4%) dans les autres pays d'Europe où des activités déficitaires avaient été fermées fin 2011.

* Derichebourg cède 0,7%. Fébrilité sur le titre avant la publication ce soir de son chiffre d'affaires trimestriel.



Finance Plus, édité par lerevenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant