Le CAC 40 clôture en légère hausse

le
0
DR
DR
Les volumes d'échanges sont ainsi restés faibles aujourd'hui, en l'absence d'actualité macroéconomique des deux côtés de l'Atlantique. Sur le front des entreprises, Natixis s'affiche en tête des hausses du jour avec un gain de plus de 22%, après l'annonce d'un coupon exceptionnel copieux, rendu possible par une réorganisation de la structure de détentions de sa maison-mère BPCE, et la fin programmée de certaines opérations héritées de la période de sauvetage de la banque.

ECO ET DEVISES

Il n'y aura pas d'indicateur majeur aujourd'hui.

L'Allemagne, dont le PIB s'est contracté de 0,6% au dernier trimestre 2012, semble entrevoir la lumière au bout du tunnel. "Les perspectives économiques se sont nettement améliorées au cours de ces trois derniers mois", estime la banque centrale du pays (Bundesbank), dans son rapport mensuel publié ce lundi. L'établissement estime que l'activité sera soutenue dans l'industrie grâce à "un retour de balancier, en réaction aux ajustements de production" qui ont eu lieu fin 2012. Dans les mois à venir, l'activité devrait continuer de progresser, sans qu'un fort rebond de la demande extérieure ne soit attendu pour cette année. D'ailleurs, la banque centrale allemande a laissé ses prévisions de croissance inchangées, à +0,4% en 2013 après +0,7% cette année. Le rebond de la croissance est réellement attendu pour 2014.

La parité euro / dollar atteint 1,3348. Le baril de Brent se négocie 117,3$ et le WTI 95,5$ pour l'échéance d'avril. L'once d'or se traite 1.607$ (-1,7%).

VALEURS EN HAUSSE

* Natixis s'envole de 22,5%. La société a brûlé les étapes au cours du week-end, en publiant de façon anticipée ses résultats annuels. Il faut dire que la banque a une bonne nouvelle à annoncer, puisque dans le cadre de sa restructuration financière, elle devrait être en mesure de verser un coupon exceptionnel de 0,65 euro par action, ce qui représente 22,9% du cours actuel de 2,839 euros. Il s'ajouterait au dividende de 0,10 euro que propose l'établissement au titre de l'exercice 2012. Certes, les actionnaires de la première heure sont encore très loin d'avoir récupéré leur mise, mais force est de constater que Natixis progresse dans la voie de la normalisation.

* Stallergènes grimpe de 8,3%. La société a indiqué ce matin que l'agence américaine du médicament allait examiner Oralair. "Le groupe devance désormais ALK-Abello en devenant le premier laboratoire pharmaceutique à voir son dossier de demande d'enregistrement accepté pour évaluation par la FDA pour un comprimé d'immunothérapie sublinguale", souligne ce matin Gilbert Dupont, qui reste à "accumuler" en relevant de 47 à 55 euros son objectif.

* Saint-Gobain monte encore de 2% et enregistre ainsi une cinquième séance consécutive de progression.

* Axa regagne 1,9% après avoir enregistré deux séances consécutives de baisse. Même scénario pour Unibail-Rodamco qui monte de 2%.

* Société Générale regagne 1,7% après trois séances de net recul.

* Maurel et Prom monte de 0,8%. "Royal Dutch Shell est en train de rater le rachat à 1,4 milliard de livres de l'explorateur pétrolier français Maurel et Prom". L'édition dominicale du 'Telegraph' britannique revient à la charge sur un éventuel rachat de l'entreprise française, qu'il remet régulièrement au goût du jour. Cette fois, c'est la société indonésienne Pertamina qui aurait fait une offre indicative à 19 euros, avec pour banque conseil la Société Générale. Des sources à la 'City' ont vendu la mèche, selon le journal, qui précise que ni Pertamina ni a fortiori Maurel et Prom n'ont souhaité commenter.

* EDF (+0,8%). Dans un marché encore peu ouvert à la concurrence, la facture d'électricité d'un professionnel ou particulier devrait grimper d'environ 30% d'ici 2017 en moyenne (hors taxe, CSPE incluse d'un client bleu), indique la Commission de régulation de l'Energie (CRE), dans la mise à jour de ses perspectives publiées ce lundi.

VALEURS EN BAISSE

* Bouygues reperd 2,7% après un rebond de 2,9% vendredi.

* Solvay recule aussi de 2,6%.

* Accor perd aussi 2,5% après une hausse de 1% vendredi.

* Bic cède 2,1%. Le rebond de vendredi ne tient pas pour la société, qui avait été chahutée la semaine dernière après une publication jugée un peu courte.

* BNP Paribas cède encore 1,3% après une baisse de 1,6% en fin de semaine dernière.

* Vallourec recule de 0,9%. La société subit quelques dégagements avant la publication de ses résultats annuels demain.

* Eurofins Scientific (-0,4%). S'il fallait trouver un bénéficiaire au scandale de la viande de cheval substituée à de la viande de boeuf dans les plats préparés en Europe, ce serait sans doute le réseau de laboratoires d'analyses coté en bourse, dont le titre ne cesse de progresser depuis les révélations Il faut dire que tout plaide pour un renforcement des contrôles sanitaires sur le vieux continent, un marché dont la société française est le plus gros représentant. Elle ne s'y est pas trompée en annonçant dès la semaine dernière une réallocation de ses moyens vers des services de contrôle dédiés, et en se déclarant prête à faire face à toute demande.

Finance Plus, édité par lerevenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant