Le CAC 40 à l'assaut des 4.200 points

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - Comme beaucoup d'analystes et investisseurs le pressentaient, c'est d'une dizaine de milliards d'euros que sera réduit le programme mensuel de rachat de titres par la Fed. Le CAC 40 a ouvert en hausse de 0,89% et accéléré depuis, en direction des 4.200 points.

C'est désormais officiel depuis hier soir et les investisseurs savourent ainsi la levée d'une incertitude et apprécient aussi le discours du patron de la Fed, Ben Bernanke, qui a assuré que cette décision avait été prise du fait de l'embellie économique, et qu'elle ne préjugeait pas d'une hausse des taux prochaine, qui au contraire resteront bas tant que le chômage américain n'aura pas enfoncé le seuil des 6,5%... Côté valeurs, Dassault Aviation qui a subi un revers au Brésil, recule nettement, contre la tendance de marché. De même que la Compagnie des Alpes dont le titre pâtit de mauvais comptes annuels.

WALL STREET

Wall Street a terminée sur de nouveaux sommets après la décision inattendue de la Fed de commencer à réduire son programme de rachat d'actifs dès le mois prochain. La banque centrale américaine va diminuer ses achats d'actifs de 10 milliards de dollars par mois à 75 Mds$, la baisse concernant dans les mêmes proportions les titres adossés à des créances hypothécaires (MBS) et les bons du Trésor. La Fed maintiendra par ailleurs probablement ses taux proches de zéro bien après que le taux de chômage tombe sous la barre des 6,5%... Une décision bien accueillie par les marchés qui semblent donc croire pour de bon au renforcement de la reprise américaine. Du côté des entreprises, FedEx, General Mills, Herman Miller, Lennar, Oracle, Paychex et Steelcase publient leurs derniers résultats outre-Atlantique. Le DJIA gagne finalement 1,85% à 16.168 pts, au plus haut historique. Le Nasdaq prend 1,15% à 4.071 pts alors que le S&P500 avance de 1,67% à 1.811 pts, également sur un sommet.

ECO ET DEVISES

En Europe, un seul indicateur en vue aujourd'hui avec les ventes de détail britanniques de novembre (10h30). Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage (14h30 : consensus 335.000 demandes nouvelles et 2,775 millions de demandes continues) seront suivies de l'indice de la Fed de Philadelphie de décembre (16h00 : consensus 10) et des reventes de logements existants en novembre (16h00 : consensus -2% m/m).

La parité euro / dollar atteint 1,3659 ce matin. Le baril de Brent se négocie 109,38$ et le WTI 97,94$ pour l'échéance de février. L'once d'or se traite 1.220$ (+0,2%).

VALEURS EN HAUSSE

* Vinci (+1,90% à 45,65 Euros) : une filiale a remporté le contrat de conception construction du North West Corridor d'Atlanta en Géorgie (Etats-Unis). Il s'agit d'un projet autoroutier de 440 millions d'euros avec deux voies de circulation à péage supplémentaires sur 48 km, réalisé dans le cadre d'un groupement mené par Archer Western Contractors. La mise en service est prévue en 2018.

* Areva (+2% à 18,90 Euros) : le groupe a signé un contrat de fourniture de combustible nucléaire d'un montant de 73 millions de dollars avec l'électricien américain Dominion pour la tranche 2 de la centrale nucléaire de Millstone au Connecticut. Fournisseur actuel de cette centrale, le groupe continuera à l'alimenter en combustible jusqu'en 2035, date d'expiration de sa licence d'exploitation. En complément de la fabrication du combustible, le contrat couvre également la fourniture d'études et de services d'ingénierie.

* Derichebourg (+11,50% à 2,37 Euros) : la Commission européenne a autorisé, en vertu du règlement sur les concentrations de l'Union européenne, le projet d'acquisition de Servisair par Swissport. La société prévoit la finalisation de cette opération d'ici le 31 décembre 2013. Elle va contribuer au désendettement du groupe, qui travaille déjà avec ses banques partenaires sur le refinancement de sa dette résiduelle.

* Manutan (+5,30% à 44,11 Euros) : sur l'exercice 2012-2013, le chiffre d'affaires est en hausse de 2,6%, à 585,6 millions d'euros. A périmètre constant, le Groupe enregistre une décroissance de -6,6% par rapport à l'exercice précédent. Le résultat opérationnel courant est en hausse de 11,4%, à 41,1 millions d'euros, soit 7% du chiffre d'affaires (6,5% un an plus tôt). Le résultat net s'établit à 23,3 millions d'euros, à peu près stable. Manutan proposera à ses actionnaires la distribution d'un dividende représentant 37% du résultat net consolidé, soit 1,13 euro par action. La société Manutan n'anticipe pas de retournement de tendance significatif dans les mois à venir et s'efforcera de "maintenir un niveau de rentabilité acceptable".

VALEURS EN BAISSE

* Dassault Aviation (-2,70% à 895 Euros) : c'est une nouvelle douche froide pour le 'Rafale', écarté du renouvellement de la flotte de jets de combat brésilienne par le 'Gripen' de Saab. Brasilia a opté pour 36 'Gripen', au lieu des 'Rafale' ou des F/A-18 'Super Hornet' proposés par Boeing. Les appareils devraient être livrés entre 2018 et 2023. Ce fameux contrat brésilien donné gagnant voilà deux ans, avant un rétropédalage des autorités, échappe donc à l'avionneur français et à ses partenaires, Safran (moteurs) et Thales (avionique), qui s'évertuaient depuis 15 ans à satisfaire les demandes brésiliennes, avec le 'Mirage 2000' d'abord puis le 'Rafale'.

* Compagnie des Alpes (-1% à 14,63 Euros) : malgré un bon hiver sur ses domaines skiables, l'exercice 2012/2013 ne restera pas dans les annales de la Compagnie des Alpes, qui a souffert dans ses parcs de loisirs, au point de prendre plus de 20 millions d'euros de dépréciations et de renoncer à verser un dividende. Le groupe va prendre des mesures pour sa seconde activité, en se recentrant sur les parcs les plus prometteurs, sans toutefois fournir, à ce stade, de détails sur ses intentions concrètes. Le groupe se fixe de nouveaux objectifs à cinq ans, à savoir un EBO cible de 34% dans les domaines skiables et de 23% dans les Parcs de loisirs, hors Futuroscope, ainsi qu'un ROCE opérationnel de plus de 8%.

VALEUR A SUIVRE

* Systran (dernier cours 1,65 Euro) : le groupe coréen CSLI devrait racheter prochainement la société française spécialisée dans les logiciels de traduction. Des dirigeants et actionnaires de l'entreprise sont en effet entrés en négociations exclusives en vue de céder 35,8% du capital pour 5 euros par action. Le conseil d'administration de Systran a apporté son soutien au projet, dans l'attente de la remise du rapport du cabinet Sorgem Evaluation en tant qu'expert indépendant qui serait nommé en cas d'issue favorable des discussions en cours. Si la transaction était finalisée, CSLI déposerait une offre publique à 5 euros sur le solde des titres, vraisemblablement au premier semestre 2014. L'opération envisagée valorise les blocs cédés à environ 15,7 millions d'euros et la société à environ 37,5 millions d'euros (contre 13,11 millions d'euros de capitalisation !). Le prix de 5 euros est un peu plus de trois fois supérieur au dernier cours coté de 1,65 euro. Il faut remonter à avril 2004 pour trouver trace d'une cotation à 5 euros sur le dossier.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant