Le business des algues surfe sur le greenwashing

le
1

Pharmacie, alimentaire, objets biodégradables, les possibilités des algues marines se dévoilent un peu plus chaque jour. Surfant sur la vague du bio et de l’argument sanitaire pour vendre leurs produits, des entreprises se développent en France et dans le monde, en s’inspirant de techniques traditionnelles ou en innovant. Découvrez tous les débouchés, encore peu exploités, des algues marines.

Les algues sont utilisées dans de nombreux domaines
Les algues sont utilisées dans de nombreux domaines

Les algues dans l’alimentation

En France, douze algues sont reconnues propres à la consommation, comme la spiruline, la laitue bleue de mer, le haricot de mer ou le wakamé. Encore peu utilisées en France, elles présentent divers avantages pour l’alimentation. Riches en antioxydants, en caroténoïdes, en fibres et en phytostérols, elles sont parfois qualifiées de super aliments. On les trouve surtout comme gélifiant naturel dans certains aliments comme les flans, mais on peut les trouver sous forme séchée, en tartare, en assaisonnement de pâtés... Quelques entreprises bretonnes ont réussi à surfer sur la vague, comme la société AlgoPlus, récoltant et transformateur d’algues alimentaires à Roscoff depuis 1993. On trouve aussi Olmix, qui emploie 250 personnes à travers le monde, ou encore le groupe agro-alimentaire Roullier, qui compte actuellement 6 300 salariés dans 38 pays. La filière des algues représente, aujourd’hui, une centaine d'entreprises et 5 000 emplois en Bretagne.

L’algue comme matériau biologique

Les algues sont diverses et leurs propriétés ont été encore peu testées et exploitées. Aux États-Unis, l’entreprise Arctic Foam s’est associée à Solazyme et au département d'énergie de Californie pour créer des planches de surf à base d’huile d’algues, naturelles et légères. En France, un ingénieur breton a inventé Algopack, le premier matériau rigide à base de dérivés d'algues, utilisable pour l'alimentaire, la cosmétique et la dermatologie. Récemment, les mugs écologiques Algopack ont séduit le public, dont l’ONG Sea Sheperd, et des dizaines de milliers d'exemplaires ont été commandés. Leur fabrication a été confiée à Europlastiques, une PME de Mayenne.

Cosmétiques, piscines naturelles, carburant...

Les débouchés potentiels des algues ne s'arrêtent pas là. Le marché des produits cosmétiques à base d’algues est mené en France par de grosses entreprises comme Phytomer ou Daniel Jouvance. Mais des PME, comme Activ'Alg, réussissent à se développer grâce à des aides financières pour la recherche, car le secteur est très technique. Les lipides extraits des micro-algues peuvent également servir à la production d’algocarburant. Productives, sans impact sur l’environnement, ne nécessitant pas de terres agricoles, les algues sont qualifiées de « nouvel or vert ». En France, la start-up parisienne Ennesys a réussi à doter des bâtiments d’une production d’énergie autonome et positive, assurée par la culture de phytoplancton. Ces micro-algues ont, en plus, l’avantage de filtrer les eaux usées de l’immeuble, en s’en nourrissant.

Trucs et astuces

Le Centre d'études et de valorisation des algues, créé en 1982 avec le soutien des collectivités locales bretonnes et d’industriels, est un laboratoire de recherche unique en Europe, destiné à développer la filière algues.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • goldora8 il y a 3 mois

    Ennesys a depuis son pilote parisien, déployé sa première unité de production au Moyen Orient, et suivra les Maldives, le Maroc ...