Le Burundi suspend sa coopération avec l'Onu-Droits de l'homme

le
0
    NAIROBI, 11 octobre (Reuters) - Le Burundi a annoncé mardi 
qu'il avait suspendu sa coopération avec le Haut Commissariat 
des Nations unies aux droits de l'homme. 
    Dans un communiqué, le porte-parole du gouvernement, 
Philippe Nzobonariba, justifie cette décision par le rôle 
"complice" joué par cette agence de l'Onu "dans l'élaboration du 
rapport faux et polémique publié par des enquêteurs soit-disant 
indépendants de l'Onu". 
    Cette enquête, portant sur les violences politiques au 
Burundi, a été rendue publique le mois dernier. Elle identifie 
des membres du pouvoir soupçonnés d'avoir ordonné de torturer ou 
de faire disparaître des opposants.   
    Trois de ses auteurs ont été déclarés interdits lundi 
d'accès au territoire burundais. 
    La décision en avril 2015 du président Pierre Nkurunziza de 
briguer un troisième mandat, réélu l'été suivant, est à 
l'origine de violences politiques qui ont fait des centaines de 
morts au Burundi. 
 
 (Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant