Le Burundi se rapproche de la guerre civile-responsable de l'Onu

le
0
    GENEVE, 15 décembre (Reuters) - Le Burundi s'est encore 
rapproché de la guerre civile à la suite des attaques de 
vendredi dernier à Bujumbura et de la répression qui a suivi, a 
déclaré mardi à Genève le Haut Commissaire des Nations unies aux 
droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein. 
    Les violences de vendredi, les plus graves depuis la 
tentative de coup d'Etat de mai dernier, ont fait près de 90 
morts dans la capitale burundaise. 
    "Avec cette dernière série d'événements sanglants, le pays 
semble s'être encore plus dirigé vers la guerre civile", a 
estimé Zeid Ra'ad Al Hussein dans un communiqué. 
    Après les combats autour de plusieurs bases militaires à 
Bujumbura, les forces de sécurité ont mené des perquisitions 
dans les quartiers de Musaga et de Nyakabiga, a-t-il rappelé. 
 ID:nL8N1420NU  
    Au cours de ces perquisitions, elles ont "arrêté des 
centaines de jeunes gens et en auraient exécuté sommairement un 
certain nombre, emmenant les autres dans des endroits tenus 
secrets." 
    Le Haut Commissaire appelle "tous les acteurs de la crise 
actuelle, notamment les dirigeants politiques et les autorités 
de l'Etat au plus haut niveau, à prendre toutes les mesures pour 
enrayer cette escalade mortelle et ouvrir un véritable 
dialogue". 
    Le Burundi est en proie à des violences qui ont fait des 
centaines de morts et des dizaines de milliers de déplacés 
depuis que le président Pierre Nkurunziza a décidé en avril de 
briguer un troisième mandat, qu'il a remporté cet été, ignorant 
les protestations de l'opposition qui jugeait cette initiative 
contraire à la Constitution. 
 
 (Stephanie Nebehay, Guy Kerivel pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant