Le Burkina Faso accroché par la Guinée équatoriale

le
0

Pour leur deuxième match dans cette Coupe d'Afrique 2015, la Guinée équatoriale et le Burkina Faso n'ont pas réussi à se départager au terme d'une rencontre sans but (0-0). Les deux équipes peuvent encore espérer se qualifier lors du troisième et dernier match.

Cinq centimètres trop à droite, cinq autres trop à gauche, un match de football ne tient parfois qu'à peu de choses. Le Burkina Faso a pu encore en être témoin face à la Guinée équatoriale. Un coup franc, tout juste pas assez travaillé, d'Alain Traoré, une reprise déviée, d'un rien, du même homme, une chaussure qui traîne pour enlever un ballon bouillant : comme dans la vie, concrétiser une occasion reste toujours le plus difficile. Peu importe l'explication ou l'excuse, le résultat aussi décevant soit-il, au final, est le même. Il faut parfois payer pour apprendre, le Burkina Faso ne dira pas le contraire puisque, malgré une nette domination illustrée par deux montants touchés, les Etalons ne sont pas parvenus à prendre le meilleur sur le pays organisateur de cette Coupe d'Afrique des Nations, toujours aussi accrocheur et vaillant devant son public en fusion.
La folie équato-guinéenne face...
Un dessin d'un élève de CE2. S'il fallait imager le jeu de la Guinée équatoriale, voilà une image qui conviendrait parfaitement. Le coach argentin, Esteban Becker, avait ordonné d'emballer les rencontres pour "cacher un déficit physique certain", le Nzalang Nacional a obéi. Des courses folles, une organisation absolument illisible encore une fois et cette volonté constante de tenter absolument tout ce dont on a envie. Exactement comme ce petit enfant devant sa feuille blanche. Et tel l'artiste dans ses plus jeunes années, la Guinée équatoriale est aussi capable de surprendre et de dévoiler par séquences, même infimes, son génie. Forcément de quoi mettre l'embarras dans une défense burkinabée exposée face aux dribbles de Javier Balboa ou aux feintes d'Emilio Nsue. Comme lors du premier match, le pensionnaire de Middlesbrough croit d'ailleurs trouver l'ouverture, mais il est repris à chaque fois (6', 44', 52'). Son danger numéro un bien cerné, la Guinée équatoriale sort d'autres crayons de sa trousse. Kike Boula et Douala ont ainsi des bonnes positions, mais ne convertissent pas (47', 56'). Des bribes d'occasions, certes, mais Picasso non plus n'a pas réalisé ses chefs d'œuvres aux premiers coups de pinceau. Rendez-vous contre le Gabon pour le tableau final.
...au manque de maitrise burkinabé
Face à tant d'inspirations quasiment mystiques, le Burkina Faso se prend la tête entre les mains à l'image d'un Alain Traoré pas verni. Mieux organisés -...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant