Le bureau du Sénat va examiner le témoignage du patron de SocGen

le
1
LE BUREAU DU SÉNAT EXAMINERA LE 26 MAI LE TÉMOIGNAGE DE FRÉDÉRIC OUDÉA
LE BUREAU DU SÉNAT EXAMINERA LE 26 MAI LE TÉMOIGNAGE DE FRÉDÉRIC OUDÉA

PARIS (Reuters) - Le bureau du Sénat se penchera le 26 mai sur les suites à donner au témoignage du directeur général de Société générale devant une commission d'enquête dédié à l'évasion fiscale en 2012, a indiqué vendredi le service de presse de la haute assemblée.

"Le point suivant a bien été inscrit à l'ordre du jour du prochain Bureau du Sénat qui aura lieu jeudi 26 mai à 9h15", a-t-on précisé de même source dans un courrier électronique, qui confirme une information donnée dans la matinée par Le Monde.

Des parlementaires de gauche et écologistes réclament des poursuites judiciaires pour "faux témoignage" contre Frédéric Oudéa, l'accusant d'avoir menti en 2012 en assurant que sa banque n'avait plus d'activités dans les paradis fiscaux.

Le patron de Société générale a réfuté mercredi ces accusations lors d'une audition au Sénat, qui a coïncidé avec la publication d'un article citant BNP Paribas et le Crédit agricole dans le scandale des "Panama papers".

L'ancien président de cette commission d'enquête, le sénateur Philippe Dominati a déclaré lors de cette audition qu'il ne voyait "rien qui puisse amener le bureau du Sénat à poursuivre sur cette déclaration de Monsieur Oudéa".

Les révélations regroupées sous l'appellation "Panama papers", qui ont notamment été à l'origine de la démission du Premier ministre islandais, sont l'aboutissement d'une enquête menée pendant un an par 378 journalistes de 77 pays sur 11,5 millions de documents provenant du cabinet panaméen Mossack Fonseca spécialisé dans le montage de sociétés offshore.

(Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Brocan2 il y a 8 mois

    Mentir devant une commission sénatoriale serait stupide, ce qui n'est pas le cas de M.Oudéa; mais les hommes politiques, les médias, , la plupart des gens ne font pas la différence entre société offshore, paradis fiscal etc etc. Donc on condamne en bloc, il en restera toujours quelque chose. Taper sur les banques est tendance.