Le bureau du procureur divisé sur l'affaire DSK

le
0
Le choix d'une stratégie très offensive, défendue par le bureau de Cyrus Vance, est l'objet de critique au sein du parquet de New York.

Précipitation d'amateur, volonté de se faire de la pub sur un «high profile case», mauvaise gestion de ses troupes… La litanie de critiques succède aux couronnes de louanges sur la tête de Cyrus Vance Jr. Tant que tous les détails de l'enquête ne sont pas connus - et loin s'en faut -, il est difficile de porter un jugement définitif. Mais plusieurs erreurs, commises dès le 14 mai et dans les jours qui ont suivi, semblent bien avoir engagé le dossier sur de mauvais rails. Des fautes dont les conséquences éclatent désormais au grand jour.

Dès la tentative de viol dénoncée par la femme de chambre du Sofitel, le samedi 14 à la mi-journée, les enquêteurs n'ont évidemment eu de cesse de retrouver son agresseur présumé. Le fait que Dominique Strauss-Kahn ait été sur le point de décoller pour Paris dans un avion d'Air France est alors mal interprété: le directeur du FMI était en train de s'échapper, pensent les autorités, qui prendront argumen

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant