Le Brésil rechute

le
0

Comme il y a quatre ans, le Paraguay élimine un piteux Brésil aux tirs aux buts. Le surprenant finaliste de la dernière Copa retrouvera l'Argentine en demies. Les guaranis privent le monde d'un superclasico, mais faut-il s'en plaindre tant cette Seleçao fait peine à voir ?

Brésil 1-1 Paraguay (3 tab à 4)

Buts : Robinho (15e) pour le Brésil // Gonzalez (72e sp) Pour le Paraguay
Tab : Fernandinho, Everton Ribeiro (manqué), Miranda, Douglas Costa (manqué) et Philippe Coutinho pour le Brésil // Martinez, Caceres, Bobadilla, Santa Cruz (manqué) et Gonzalez pour le Paraguay

Du Paraguay, il n'était rien attendu, ou presque, dans cette Copa América. Le voilà pourtant en demi-finale après avoir éliminé le Brésil au terme d'une séance de tirs aux buts, exactement comme il y a quatre ans. Cette fois, les joueurs de la Selaçao n'ont pas manqué tous leurs pénaltys face à Justo Villar, mais les ratés d'Everton Ribeiro et de Douglas Costa ont à nouveau fait plonger un Brésil, sans ressort. Dunga qui avait estimé, vendredi, avoir l'impression d'ête "un Brésilien avec des origines africaines" tant il était critiqué, ce qui l'a conduit à s'excuser devant les accusations de racisme, n'a absolument pas remis la Seleçao sur le bon chemin un an après le fiasco de sa Coupe du Monde. Le Brésil, qui avait parié sur une valeur refuge plutôt que de se remettre en cause, se voit à nouveau renvoyer devant ses lacunes contemporaines, et son sélectionneur devrait voir son siège vaciller ces prochains jours.

Pas de Neymar, pas de chocolat !


Comme à la Coupe du Monde, le Brésil a continué de déléguer son inspiration au seul Neymar, et en l'absence de la star suspendue, il a offert un piteux spectacle face à des Paraguayens limités mais combatifs. Des guaranis, cancre des éliminatoires pour le Mondial 2014, mais qui semblent avoir retrouvé leur confiance en eux depuis cette fameuse deuxième période face à l'Argentine. Pour la Seleçao, le match ne pouvait pourtant mieux commencer. Dès la 15e minute, ce Brésil qui avait souffert en fin de match face au Venezuela, qui avait dû attendre les derniers instants pour dominer le Pérou, et avait chuté face à la Colombie, trouve facilement l'ouverture grâce à Robinho face à un Paraguay qui se présentait invaincu. Électron libre de l'attaque, comme Neymar, le joueur de Santos a souvent décroché pour tenter d'orienter le jeu vers Firmino et Coutinho aux avant-postes chargés de lui prêter main forte aux avants-postes, et a surpris une arrière-garde paraguayenne totalement passive sur un centre à ras terre de Dani Alves. À…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant