Le Brésil, leader sans influence du Rio + 20

le
0
Le sommet du développement durable accouche d'un accord a minima. Faute de vision du pays hôte.

«Le Brésil a un texte à proposer.» Il était 2 h 15 du matin, dans la nuit de lundi, lorsque le ministre brésilien des Affaires étrangères, Antonio Patriota, a fait cette déclaration. Épuisés par des heures d'attente, observateurs et journalistes ont cru qu'un accord avait été scellé à la conférence des Nations unies sur le développement durable Rio + 20. Il n'en était rien. La confusion n'a fait qu'augmenter la mauvaise humeur des délégués de la conférence à l'égard du Brésil.

Depuis qu'elle a pris les rênes des négociations, la diplomatie brésilienne est prête à tout pour trouver un accord avant l'arrivée des chefs d'État, ce mercredi. Cela semblait acquis mardi soir: un projet de déclaration finale de 49 pages a été adopté par les délégués en séance plénière. Le pays hôte éviterait ainsi que les chefs d'État aient à négocier eux-mêmes, comme en 2009 lors de la conférence sur le climat à Copenhague. Et démontrerait par la même oc

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant