Le Brésil élimine le Venezuela, mais pas ses doutes

le
0
Le Brésil élimine le Venezuela, mais pas ses doutes
Le Brésil élimine le Venezuela, mais pas ses doutes

En s'imposant 2-1 grâce aux buts de Thiago Silva et Firmino sur la musique d'un bon Robinho, le Brésil a chopé la première place du groupe C, éliminé le Venezuela et qualifié la Colombie. Après avoir longtemps cru retrouver sa sérénité, des changements discutables et une fin de match angoissée ont replongé les hommes de Dunga dans le doute. En quarts de finale, la Seleçao affrontera le Paraguay.

Brésil 2-1 Venezuela

Buts : Thiago Silva(9è) et Firmino (51è) pour le Brésil // Miku (84è) pour le Venezuela

Le décor est le même, mais la scène a changé. Alors que le Brésil était arrivé mercredi dernier en pleine confiance dans un stade déguisé pour l'occasion en enfer colombien, le groupe de Dunga est entré ce soir sur la pointe des pieds dans la même enceinte du Monumental de Colo-Colo. Devant les 33 284 spectateurs et quelques sièges vides, le match aura permis d'observer – à défaut d'admirer – l'application erronée du concept préféré de Dunga : le "contrôle du jeu". Une entame faite de possession sans risque, un but sur corner de Thiago Silva et une accélération de Willian pour doubler la mise en début de reprise. Et puis, enfin, un petit but encaissé et une montagne de doutes : six défenseurs sur la pelouse, un bloc assiégé dans sa propre surface, Dani Alves seul en contre-attaque et une sélection vénézuélienne réveillée. Pour rien, finalement.

Leader Robinho


Alors que les arbitres avaient quitté le Brésil avec une insulte et un coup de pression de Neymar à la dernière seconde du match contre la Colombie mercredi, ils retrouvent la Seleçao avec un câlin de Robinho, très entreprenant dans tous les sens, dès la deuxième minute. Sept tours d'horloge plus tard, une transversale d'Elias et trois passements de jambe de Dani Alves suffisent pour que le Brésil retrouve des couleurs et du son. Certainement pas de la samba, mais quelques "Brasil, Brasil, Brasil" sincères. Et c'est déjà pas mal. L'inattendu Robinho vient alors prendre le ballon et tirer le corner. Thiago Silva est en dehors de la surface, prêt à jaillir. Une feinte de corps, puis une deuxième, et le pauvre Andrés Tuñez est dépassé : volée du droit et 1-0. Puissant, physique et appliqué, le Brésil semble retrouver le style dunguesque de ses derniers matchs amicaux.

Le reste de la première période est la combinaison de deux notes qui sonnent comme le vieux Milan de Massimiliano Allegri : un Thiago Silva impérial qui place sa tête un mètre au-dessus de celle de Rondon à l'occasion de chaque duel aérien, mais aussi un Robinho aux envies fantasques. Un coup du sombrero, une série de…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant