Le Brésil croque les Bleus

le
0
Le Brésil croque les Bleus
Le Brésil croque les Bleus

Au terme d'un match amical assez pauvre, les Français s'inclinent logiquement au Stade de France (1-3). Trop tendres, pas assez impliqués et un brin naïfs, les hommes de Didier Deschamps n'ont jamais vraiment existé dans une rencontre qui confirme que sans enjeu, le jeu ne peut pas vraiment exister.


France - Brésil
(1-3)

R. Varane (21') pour France , Oscar (40'), Neymar (57'), Luiz Gustavo (68') pour Brésil.


L'illusion aura duré 40 minutes. 40 minutes pendant lesquelles les Bleus ont dicté leur jeu, ont ouvert le score, et ont semblé pouvoir venir à bout d'une équipe du Brésil tout sauf impressionnante. Mais les illusions sont trompeuses. Et ce soir, pour l'équipe de France, elles sont également cruelles. Car c'est bien la Seleção qui réussit son tour de passe-passe, avec une victoire 3-1 qui ne souffre finalement aucune contestation. Oui, les Bleus ont montré des choses. Oui, les Bleus ont pris le match par le bon bout. Mais pour ce match de reprise, les Bleus ont également montré quelques limites. Des limites sur le plan défensif, notamment. Car Neymar, Willian et Oscar se sont baladés. Ils en ont marqué trois, mais ils auraient pu en marquer plus sans un bon Mandanda. Difficile de tirer des conclusions d'un match amical de reprise, mais force est de constater que, ce soir, le Brésil a été au-dessus. La France s'en retourne chez elle, un goût amer dans la bouche.
Varane du crâne, Oscar du pointard
Après l'interminable Hino Nacional Brasileiro et une Marseillaise timidement entonnée par les 80 000 spectateurs du Stade de France, les acteurs de ce France-Brésil observent une minute de silence en mémoire des 150 victimes du crash de l'avion de la Germanwings, en début de semaine. Dès le coup d'envoi, les Brésiliens privent les Bleus de ballon et démontrent une belle aisance dans les transmissions. Les Français sortent la tête de l'eau en bénéficiant de quelques coups de pied arrêtés, qui auraient pu aboutir à un but sans Jefferson, auteur d'une parade géniale devant Benzema (7'). Comme quoi, écrire des déclarations d'indépendance, c'est bien, mais jouer au football, c'est mieux. Un attentat de Filipe Luís sur Valbuena (16') et une parade de Mandanda devant Neymar (20') plus tard, les Brésiliens font encore preuve de laxisme sur un corner français, que Raphaël Varane catapulte au fond des filets...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant