Le Brésil a pesé sur Santander qui bat le consensus malgré tout

le
0
 (Actualisé avec des précisions, cours de Bourse) 
    par Jesús Aguado et Angus Berwick 
    MADRID, 27 avril (Reuters) - Banco Santander  SAN.MC  a 
annoncé mercredi un bénéfice net en baisse de 4,9% au premier 
trimestre en raison de la récession régnant au Brésil, son 
deuxième marché, mais la première banque de la zone euro a battu 
le consensus et augmenté son ratio de fonds propres. 
    La récession brésilienne risque de remettre en question la 
stratégie de la présidente Ana Botin axée sur la croissance 
organique, alors que son père et prédécesseur à ce poste avait 
choisi la croissance externe par le biais d'acquisitions. 
    La croissance au Brésil, où la banque dégage 20% environ de 
son bénéfice, et dans d'autres pays émergents avait largement 
compensé l'effondrement du marché intérieur durant la crise 
financière traversée par l'Espagne. 
    Santander, longtemps surveillée au niveau de ses fonds 
propres, a dégagé un ratio de capital CET 1 en hausse à 10,27% 
fin mars contre 10,05% fin décembre et la banque pense le porter 
à plus de 11% d'ici 2018. 
    Le ratio CET 1 moyen pour les 23 premières banques 
européennes est de 12,7%, selon une étude de Deutsche Bank 
Research publiée en mars. 
    Les analystes observent que la performance de la banque sur 
ce ratio dépasse les attentes et atteste d'une diminution des 
créances douteuses sur l'ensemble de ses marchés, Brésil 
compris. Les provisions pour créances douteuses et 
irrécouvrables ont baissé de 6%, après conversion en euro. 
    La banque a sinon fait état d'un bénéfice net de 1,63 
milliard d'euros contre 1,72 milliard d'euros un an plus tôt, 
dépassant le consensus Reuters qui le donnait à 1,5 milliard 
d'euros. 
    Au Brésil, le bénéfice de Santander a chuté d'un quart et il 
a également fléchi par rapport au trimestre prédédent. Les 
revenus et les bénéfices se sont également contractés dans 
d'autres pays d'Amérique latine comme l'Argentine et le Mexique. 
    En Grande-Bretagne, autre grande source de profit de la 
banque, le bénéfice trimestriel a fléchi de près de 4%. 
    Le produit net des intérêts a diminué de 5,2% à 7,62 
milliards d'euros, attestant des pressions qui s'exercent sur 
les marges des banques espagnoles d'une manière générale. 
    La banque a dit qu'elle était bien partie pour atteindre ses 
objectifs de 2018. 
    L'action gagnait 2% en Bourse de Madrid. Elle a chuté de 
32,6% au cours des 12 derniers mois, alors que l'indice 
sectoriel européen  .SX7P  a reculé de 29,5% dans le même temps. 
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant