Le bras de fer de Bic contre les briquets chinois

le
0
Le groupe français, dont 28 % du chiffre d'affaires provient des briquets, redoute que la Commission européenne ne renouvelle pas sa taxe antidumping, seule barrière à l'entrée de modèles bas de gamme et premiers prix. » INTERVIEW - Bruno Bich : «Assez des institutions qui ne défendent pas les industries européennes»

Le suspense devrait encore durer quelques semaines pour Bic, engagé dans un bras de fer avec la Chine pour l'avenir de ses briquets «made in France». Le groupe français, n° 1 mondial des briquets de marque, est suspendu à la décision de la Commission européenne qui doit se prononcer d'ici au 12 décembre sur le renouvellement - ou pas - de la taxe antidumping, seule barrière à l'entrée sur le Vieux Continent de briquets bas de gamme et premiers prix. Et souvent non conformes aux exigences de sécurité.

Bic a porté plainte en septembre dernier auprès de Bruxelles pour demander le maintien de cette taxe (0,065 euro par briquet à payer en entr...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant