Le braconnage altère la végétation des forêts tropicales

le
0
Des chercheurs montrent l'impact du braconnage des grands singes sur la diversité végétale des forêts africaines. Un phénomène inquiétant et nouveau qui porte le nom de défaunation.

En Afrique, en Amazonie ou en Asie du Sud-Est, la déforestation n'est pas le seul levier de destruction des forêts tropicales. La chasse a aussi un impact très négatif et on commence seulement à le mesurer. Une étude conduite au Nigeria montre que dans les zones où les gorilles et autres singes ont été éliminés on ne retrouve plus les mêmes arbres que dans les secteurs surveillés par des gardes-chasses (Proceedings of the Royal Society B, en ligne).

Normalement la chasse et la consommation de singes sont interdites. Mais ce qu'on appelle la viande de brousse est apprécié. L'accroissement de la population, le besoin de protéines, l'ouverture de nouvelles routes dans les forêts et la rapidité des moyens de circulation ont augmenté le trafic avec les villes.


Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant