Le bouton "j'aime pas" fait son apparition sur Facebook Messenger

le
0
Le bouton "j'aime pas" fait son apparition sur Facebook Messenger
Le bouton "j'aime pas" fait son apparition sur Facebook Messenger

De nouvelles fonctionnalités viennent enrichir Facebook Messenger, qu'il s'agisse de réagir à des messages ou des photos échangées ou bien encore de mentionner certaines personnes et de les faire intervenir dans la conversation. L'idée est de rendre les conversations de groupe à la fois plus intuitives et plus amusantes.Les "réactions" vont permettre de réagir à un message (texte, image, vidéo) en y accolant une émotion symbolisée par un émoji. En fait, il s'agit exactement de la même chose que sur n'importe quel statut Facebook sur lesquels les abonnés ont déjà l'habitude de laisser un "j'aime" ou un "coeur", à une nouveauté près, l'apparition du sentiment "j'aime pas" symbolisé par un doigt retourné vers le bas. Nul doute qu'il s'agit là pour Facebook d'expérimenter cette émotion, réclamée depuis longtemps par les utilisateurs du réseau social, mais jusqu'à présent trop négative.

Sur le principe cela fonctionne exactement de la même façon que les réactions laissées via l'application Messages d'Apple. À tout moment, des notifications préviennent l'utilisateur que quelqu'un a réagi à l'un de ses messages.

D'autre part, Facebook va autoriser les mentions d'autres utilisateurs dans la conversation, simplement en tapant le symbole @ puis le nom d'utilisateur de la personne, laquelle recevra bien évidemment une notification relative à ce signalement. Libre ensuite à elle d'intégrer la conversation en répondant à ce message.

Ces deux nouveautés sont en phase de déploiement et devraient rapidement être disponibles en France.

Dans le même temps, Facebook annonce l'arrivée en France, sous Android, de Messenger Lite, la version allégée et autonome de l'application. Elle propose les principales fonctionnalités liées à la messagerie telles que l'échange de messages, de photos et de liens ainsi que l'accès aux stickers et aux émoticônes, ainsi que le suivi des contacts actifs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant