Le bourreau anglais de Daech identifié par des médias britanniques

le
0
Le bourreau anglais de Daech identifié par des médias britanniques
Le bourreau anglais de Daech identifié par des médias britanniques

Le masque est-il enfin tombé pour un des jihadistes les plus recherchés du monde ? Le bourreau à l'accent anglais qui apparaît dans les vidéos de menaces ou d'exécution de Daech est un jeune Londonien d'origine koweitienne nommé Mohammed Emwazi, selon une enquête de la BBC et du Washington Post. 

Le gouvernement britannique n'a pas confirmé l'identification du meurtrier présumé des journalistes américains James Foley et Steven Sotloff ainsi que des travailleurs humanitaires britanniques David Haines et Allan Henning. Scotland Yard s'est refusé à tout commentaire, en se retranchant derrière le secret de «l'enquête en cours» confiée aux services antiterroristes avec le concours du MI5 et du MI6. «Nous l'avons identifié», avait assuré dès le mois de septembre dernier le directeur du FBI, sans en dire davantage, pour les mêmes motifs. Une source officielle américaine a, en revanche, confirmé l'information à la chaîne CBS News.

Il était connu des services de renseignements

Les services de renseignements n'ont jamais donné le nom de celui que les médias britanniques ont surnommé «Jihadi John». L'été dernier, un premier nom avait circulé, l'hebdomadaire «Sunday Times» affirmant qu'il s'agissait d'un jeune rappeur londonien.

Selon les dernières révélations de la BBC et du Washington Post, ce jeune Londonien présumé mort ou blessé depuis plusieurs mois après une frappe aérienne a été identifié par ses amis et plusieurs personnes qui l'ont rencontré avant son départ vers la Syrie. Il était connu des services de renseignements britanniques qui l'avaient déjà interrogé et pris ses empreintes digitales à son retour du Koweit où il comptait s'installer en 2010.

Devenu un symbole de la barbarie de Daech, Mohammed Emwazi était, selon ses amis, issu d'une famille de classe moyenne, s'habillait avec goût, mais il portait aussi la barbe et évitait tout contact visuel avec les femmes. Diplômé en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant