Le Bourget : A350 contre 787, Airbus et Boeing s'affrontent dans le ciel parisien

le
0
Le Bourget : A350 contre 787, Airbus et Boeing s'affrontent dans le ciel parisien
Le Bourget : A350 contre 787, Airbus et Boeing s'affrontent dans le ciel parisien

Les Etats-Unis contre l'Europe dans le ciel parisien. Le salon du Bourget, qui ouvre ses portes aux professionnels lundi au nord de Paris (du 21 au 23 pour le public), opposera encore une fois Airbus et Boeing. Cette année, les deux géants incontestés de l'aéronautique s'affronteront sur le marché lucratif des avions long-courriers.

L'avionneur européen, filiale d'EADS, a tiré la premier coup avant même l'ouverture du salon en effectuant avec succès le premier vol d'essai de son futur avion A350, un long-courrier plus petit que l'A380, qui permet d'assurer des lignes directes «point-à-point», c'est à dire de relier deux villes internationales sans passer par de grands aéroports de transit(Nice-New York par exemple). Airbus prévoit même un survol du salon aéronautique en fin de semaine avec cet avion de nouvelle génération, composé à 53% de matériaux composites, dont l'entrée en service est prévue pour fin 2014.

S'agissant des commandes, Tom Enders, patron de la maison mère EADS, en a déjà prédit «quelques centaines» dont les premières seront annoncées dès lundi matin. Boeing, dont les prévisions de marché sont réputées pour être les plus fiables du secteur, évalue la demande pour les long-courriers à 8490 avions (2470 milliards de dollars) dans les vingt prochaines années. L'enjeu commercial est donc de taille pour les avionneurs qui n'hésitent pas à proposer des prix au rabais pour attirer les compagnies.

Le Dreamliner volera au Bourget

Airbus a détrôné son rival sur le marché des moyen-courriers et tente désormais de rattraper l'Américain sur le long-courrier qu'il domine avec ses trois types d'appareils : son nouveau 787 Dreamliner en matériaux composites, ses fameux 777, et son superjumbo 747 qui vole depuis 1969. L' A380 concurrence ce dernier, l'A350 aura la lourde tâche de bousculer les deux premiers.

Chez Boeing, l'heure n'est toutefois pas à l'affolement. «Je crois que ça va être ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant