Le boum des aliments sans gluten

le
1

Son marché a plus que doublé l'an dernier en France. Au niveau mondial, les spécialistes prévoient que ce créneau atteindra les 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires d'ici 2020.

La consommation de produits sans gluten, protéine contenue dans de nombreux aliments à base de farine de blé, d'orge, de seigle ou d'avoine dont au moins 1 % de la population française est allergique, ne connaît pas la crise. Son marché a plus que doublé l'an dernier en France, passant de 35 à 78 millions d'euros de chiffre d'affaires. «Nous tablons sur une croissance de 30 % de nos ventes cette année, après 40 % en 2014 où nous avons réalisé près de 15 millions de ventes», confirme Didier Péréol, Pdg fondateur d'Ekibio, leader tricolore grâce à sa marque «Ma vie sans gluten» et ses tartines «Pain des fleurs».

Au niveau mondial, les spécialistes prévoient que ce créneau atteindra les 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires d'ici 2020. De quoi attirer la convoitise des fabricants de pâtes, gâteaux, pizza, crêpes et bien sur de pains. Tous surfent sur cette vague dont les origines ne datent pas d'hier. «Les consommateurs commencent seulement à réagir maintenant pour rétablir un mauvais équilibre alimentaire alors que le phénomène est connu depuis longtemps, souligne Didier Péréol. Le grain de blé a beaucoup changé en 30 ans et n'est pas forcément bien digéré par tous».

A cette époque, il s'agissait d'un marché très étroit. «Nous avons été les premiers à lancer notre gamme de gâteaux sans gluten il y a 25 ans pour satisfaire des malades qui ne trouvaient pas de produits adéquats. C'était confidentiel, souligne Christophe Fontaine associé du groupe ABCD nutrition, autre acteur clé du marché français. Aujourd'hui notre gamme s'est élargie avec des efforts gustatifs comme par exemple nos muffins au chocolat, notre pain moulé ou notre cookie sans gluten présent dans les bars TGV». Maintenant cette entreprise réalise désormais 40 % de son chiffre d'affaires dans les produits sans gluten, soit près de 8 millions d'euros.

Les commerces 100% sans gluten se développent

Les grandes marques, comme le fabricant de pâtes Barilla, ont également lancé une gamme sans gluten. Au total, plus de 110 sont présentes sur le marché français, dans la grande distribution ou les commerces de détail, avec des produits reconnaissables à leur logo où figure un épi de blé barré. Leur prix élevé ne freine pas pour autant l'engouement des consommateurs. Ces aliments sont fabriqués notamment avec des farines de riz, de châtaigne ou sarrasin issues de moulins spécialisés comme Alisa dans les Deux-Sèvres. «Une farine de riz coûte trois fois plus chère qu'une farine de blé», précise Bruno Pierre, associé du groupe ABCD.

Parmi les clients de cette société, Francis Ramond, artisan cofondateur de la Fille du Boulanger dans le XVIIe à Paris. A côté du pain maison contenant du gluten, il vend 60 pains moulés sans gluten ABCD par semaine, soit trois fois plus qu'il y a deux ans lorsqu'il a ouvert sa boutique pour un compris entre 3,80 et 5,20 euros pièce suivant la variété.

Il existe aussi des commerces 100 % sans gluten. Le site sunny-délices.fr en a recensés une vingtaine, rien qu'à Paris comme Biosphere Café dans le IXè arrondissement près de Saint-Augustin. «Poussée par des clients allergiques à cette protéine, j'ai créé ma crêperie, salon thé en 2010 sur un concept 100 % bio et sans gluten, indique Sylvie Do, gérante et cofondatrice de cette enseigne. La boutique ne désemplit pas, il y a maintenant des personnes non allergiques qui viennent. Je vais ouvrir le dimanche matin pour un brunch».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cresus57 le lundi 2 mar 2015 à 13:33

    utile pour une toute petite fraction de la population vraiment intolérante, effet de mode pour des milliers de bobos prêts à payer trois fois le prix pour un produit moins bon.