Le Borussia fait chuter le roi

le
0

En déplacement sur la pelouse du Bayern Munich, les joueurs de Jürgen Klopp ont souffert. Beaucoup souffert, même. Mais ils sont parvenus à tenir le choc, jusqu'au bout, avant de faire la différence aux tirs au but. Contre toute attente, ce sont bien les jaunes qui s'envolent pour la finale de la Coupe d'Allemagne.

Sur son banc de touche, Guardiola est au bord de la rupture d'anévrisme. L'entraîneur bavarois hurle, gesticule, gémit, bref, il ne tient pas en place. Avec de grands gestes, il tente d'haranguer ses joueurs, totalement amorphes depuis l'égalisation du Borussia Dortmund. Mais rien n'y fait, les Munichois se sont éteints après le but d'Aubameyang et sont en train de voir filer un match qu'ils maîtrisaient pourtant parfaitement. L'ancien Barcelonais usent le peu de cordes vocales qu'il lui reste, en vain. Ses invectives envers le corps arbitral n'y changent rien, la finale se fait la malle, là, juste devant lui. À quelques mètres de là, Jürgen Klopp a le sourire, il sent que ses joueurs sont en train d'aller lui chercher une finale d'adieux.
Lewandowski, forcément
Fraichement aréolé d'un nouveau titre de champion, c'est plutôt sereinement que le Bayern accueille son invité du soir, le Borussia, pour se disputer une place en finale de la Coupe d'Allemagne. Si l'enjeu est de taille, le début de match, lui, est pourtant loin d'être à la hauteur. Les deux équipes se testent et même si le Bayern garde la possession du ballon, les occasions sont loin de pleuvoir sur la pelouse de l'Allianz Arena. Il faut même attendre la 15e minute de jeu pour avoir enfin un petit frisson avec un centre-tir du capitaine bavarois, Philipp Lham, mais Langerak répond présent. Les grandes équipes n'ont pas forcément besoin d'un nombre incalculable d'occasions pour faire la différence, et Lewandowski vient le prouver en ouvrant le score après avoir vu sa première tentative repousser par le poteau de Langerak (29e). Sans particulièrement briller, le Bayern vire en tête. Sans doute inspiré par le geste de Beauvue ce week-end, Lewandowski tente un superbe lob d'une trentaine de mètres, mais son audace n'est pas récompensée (44e).
Retournement de situation
Au retour des vestiaires, les deux équipes débarquent sur la pelouse avec de bien meilleures intentions. Animés par l'envie de plier le match rapidement, les Bavarois passent la seconde et Müller est tout proche de doubler la mise, mais Langerak remporte son duel avec l'international allemand (49e). La machine munichoise est désormais en route et la défense jaune semble bien incapable de stopper sa progression. Langerak est le joueur adverse le plus sollicité et le portier doit s'employer pour limiter la casse comme lorsqu'il…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant