Le boom du mobile encourage les piratages par téléphone

le
0
Le boom du mobile encourage les piratages par téléphone
Le boom du mobile encourage les piratages par téléphone

Bourrés d'informations personnelles, emmenés partout y compris au travail, les smartphones peuvent être une cible de choix pour les cyber-pirates, susceptibles d'exploiter les failles laissées par la course à l'innovation sur ce marché très concurrentiel."Les appareils mobiles prennent de plus en plus de place dans les entreprises et dans nos vies", indique à l'AFP Avi Bashan, de la société de cybersécurité israélienne Check Point Software Technologies, lors de la conférence du secteur Black Hat à Las Vegas. "Comme davantage de gens les utilisent pour faire davantage de choses, ça devient intéressant pour les attaquants."Check Point a constaté ces trois dernières années une augmentation des attaques contre les deux systèmes d'exploitation mobile dominants: iOS, qui fait fonctionner l'iPhone et l'iPad d'Apple, et Android, le logiciel de Google utilisé par la majorité des fabricants de smartphones et de tablettes dans le monde.Dans une étude publiée début juin, et basée plus de 900.000 appareils mobiles connectés à des réseaux wifi d'entreprises dans une centaine de pays, Check Point estimait qu'un appareil sur 1.000 était infecté. Selon elle, quand une organisation compte plus de 2.000 appareils mobiles connectés à son réseau, il y a même une chance sur deux qu'au moins 6 soient infectés (avec une répartition à 60-40 entre Android et iOS). - Piratage par texto - Des chercheurs de Check Point ont notamment dévoilé à Las Vegas une faille permettant de prendre le contrôle de smartphones Android par l'intermédiaire d'un outil pré-installé dans le système, prévu au départ pour permettre d'accéder à l'appareil pour de l'assistance technique."Cela affecte toutes les versions d'Android", a assuré Ohad Bobrov, en charge de la prévention des menaces mobiles chez Check Point.Il a expliqué que le pirate pouvait exploiter la faille en amenant par la ruse le propriétaire du téléphone à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant