Le boom des cosmétiques halal

le , mis à jour à 06:14
0
Le boom des cosmétiques halal
Le boom des cosmétiques halal

Les vernis à ongles d'automne sont arrivés. Les flacons taupe, bleu électrique ou violines s'étalent sur le présentoir. Taille, forme, look... rien ne les distingue d'un produit « traditionnel », si ce n'est ce petit logo octogonal apposé en bas à gauche : « halal ». « Ils sont perméables. Ça veut dire qu'ils laissent passer l'eau pour faire les ablutions (NDLR : le lavage à l'eau claire avant la prière) », vante Amel, la chic patronne d'Hasna Cosmetics dont le voile noir contraste avec le rouge à lèvres (halal) rouge pétant. Cette petite boutique qu'elle et son mari ont ouverte en toute discrétion il y a maintenant un an est la première en France 100 % dédiée au cosmétique halal.

 

Signe d'un marché en pleine croissance, c'est dans une galerie des Champs-Elysées, la prestigieuse avenue parisienne, que le couple a installé ses dizaines de références de maquillage, parfums et crèmes présentées ici comme « compatibles » avec la religion musulmane. Face au succès grandissant, le duo est déjà à l'assaut de nouveaux projets.

 

« Qu'un magasin physique ait pu ouvrir n'est pas étonnant, lance-t-on au Conseil français du culte musulman. Mais cela répond à un business, pas à la religion », prévient Abdallah Zekri, le vice-président de l'instance. « La demande est forte », assure Amel. Malgré le sourire qui ne quitte pas son visage, elle préfère rester en retrait : ne pas « trop » parler d'elle et ne faire qu'une photo « pas trop nette ». « Dans le contexte actuel, notre activité n'est pas anodine et attire quelques gens haineux », dit-elle sans s'épancher davantage.

 

Hasna Cosmetics se repère pourtant de loin dans la galerie. Pour cause : ses vitres sont cerclées de noir. « Pour que les femmes puissent s'y sentir bien à l'intérieur », argumente Rachid, le (presque) quadragénaire qui l'a cofondée. En 2013, ce professionnel du luxe décide de lancer avec son épouse un site Internet ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant