Le bonus amputé pour les voitures hybrides en 2016

le
0

Au 1er janvier 2016, le bonus passera de 2000 à 750 euros pour la première catégorie de véhicules hybrides et de 4000 à 1000 euros pour la seconde.

En plein scandale Volkswagen, la décision risque de surprendre. Le gouvernement a décidé d'amputer très largement le bonus pour l'achat de voitures hybrides et hybrides rechargeables au 1er janvier 2016. Pour la première catégorie, il passera de 2000 euros à 750 euros. Pour la seconde, il s'établira à 1000 euros, contre 4000 euros actuellement. Le bonus pour les voitures tout électriques devrait, en revanche, rester à 6300 euros. Toutes ces mesures sont détaillées dans une annexe au projet de loi de finance, relative au bilan financier du bonus et du malus en matière automobile.

La motivation du gouvernement y est clairement détaillée. Ces «modifications proposées au barème de bonus visent à maintenir l'équilibre financier du dispositif sans durcissement du barème du malus», déjà largement alourdi ces dernières années il est vrai.

Un coût de 266 millions d'euros pour l'État

Pour l'année 2016, le bonus devrait au total coûter 266 millions d'euros à l'État, contre 231,6 millions en 2014. Les recettes liées au malus s'établiront, sur le papier au moins, à un niveau strictement équivalent. En 2014, elles avaient permis d'engranger 335 millions d'euros, ce qui avait conduit le système à être assez largement bénéficiaire pour la première fois. Sans ce coup de rabot sur les bonus, le système de bonus-malus aurait été dans le rouge à hauteur de 78 millions d'euros.

Ces modifications risquent de peser surtout sur les ventes des véhicules hybrides rechargeables, capables de circuler quelques dizaines de kilomètres sur le seul moteur électrique. La plupart des observateurs prédisent un grand avenir à ce type de propulsion. Sauf que leur coût est encore largement supérieur à celui des moteurs thermiques classiques. Le bonus représentait une réelle incitation à l'achat. Ce sera beaucoup moins le cas désormais.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant