Le bonheur d'un Lituanien handicapé qui a reçu une main bionique

le
0
Le bonheur d'un Lituanien handicapé qui a reçu une main bionique
Le bonheur d'un Lituanien handicapé qui a reçu une main bionique

Tendre le bras pour se verser un verre d'eau, saisir une fourchette: ces gestes simples sont désormais possibles pour Martynas grâce à une prothèse bionique, lui qui est pourtant né avec une malformation congénitale l'empêchant de se servir de ses mains.Ce Lituanien de 21 ans est le premier homme au monde qui se soit fait remplacer un bras, inerte, par une prothèse bionique que son cerveau contrôle, selon son chirurgien autrichien.La médecine a fait d'importants progrès ces dernières années dans le domaine des prothèses bioniques, mais jusqu'à présent les cas rapportés dans la presse spécialisée concernaient tous des amputés. Dans sa cuisine, Martynas Girulis ne tient pas en place. Il se sert à manger, pique avec une fourchette quelques pommes de terre d'une casserole et les dépose dans son assiette. Il se verse un verre d'eau qu'il boit ensuite à l'aide d'une paille. Il sort ensuite plusieurs produits du réfrigérateur, les range à nouveau, pose un vase sur la table.Il y a quelques mois encore, il avait les deux bras constamment pliés aux coudes et totalement inertes."Il est le premier patient souffrant d'une malformation congénitale à bénéficier d'une reconstruction bionique", affirme à l'AFP le docteur Oskar Aszmann, qui a opéré le jeune homme à Vienne le 4 novembre dernier.Spécialiste de la chirurgie nerveuse et des extrémités depuis vingt ans, le chirurgien autrichien a développé le concept de "reconstruction bionique" et procédé à une première opération en 2010.Martynas Girulis, né avec de l'arthrogrypose, une maladie neuromusculaire interdisant tout mouvement de rotation et de flexion, aux bras et dans une moindre mesure à ses membres inférieurs, n'a pu marcher qu'à l'âge de six ans, au prix de six opérations très lourdes réalisées en Lituanie et en Suède. Mais il avait toujours besoin d'une tierce personne pour ses activités quotidiennes."Très récemment, nous avons vu de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant