Le bon Mercado

le
0
Le bon Mercado
Le bon Mercado

Débarqué en Europe à 29 ans, le Sévillan Gabriel Mercado est tardivement devenu un incontournable de la sélection argentine. Retour sur le parcours d'un ancien buteur devenu défenseur.

André-Pierre Gignac et Alexis Sánchez ont un point commun. Ils ont tous les deux gardé une belle trace du marquage de Gabriel Mercado. Le premier lors d'une finale de Copa Libertadores remportée par River Plate contre Tigres, le second lors de la finale de la Copa América Centenario qui a vu le Chili battre l'Argentine aux tirs au but.

El pie de Gignac (Tigres, 2015). Y el de Alexis Sánchez (Chile, 2016). Y un eslabón que los une: Gabriel Mercado. pic.twitter.com/JKUUkNcLFt

— Diego Borinsky (@diegoborinsky) 30 juin 2016
Mercado, un temps latéral droit, un temps défenseur central, représente parfaitement le cliché du défenseur sud-américain à la technique limité, à la garra débordante. Outre sur les adversaires qu'il croise, il laisse des traces partout où il passe. Dernièrement, ce sont les supporters de River Plate qui ont regretté le départ d'un latéral venu sans faire de bruit et reparti avec le costume d'idole. Bientôt la trentaine, Mercado a découvert le football européen cet été avec le FC Séville et s'impose en sélection argentine. Une éclosion tardive qui mérite des explications.

"Il ressemblait à Batistuta, c'était un animal"


Quand il débarque au Racing, le natif de Puerto Madryn, où les touristes viennent observer les baleines, gagne rapidement le surnom de "L'Orque". Son physique de déménageur et son apport offensif font de lui un bon latéral de Primera. Une centaine de matchs sous le maillot du club bleu et blanc d'Avellaneda et Mercado est transféré à Estudiantes. Avec le club de La Plata, il remporte le premier titre de sa carrière : le tournoi d'ouverture de 2010. En deux ans à Estudiantes, Mercado plante dix buts. Assez rare pour un latéral droit, dans un championnat où l'on ne voit plus de défenseur qui se projette tant depuis longtemps. C'est sa formation d'avant-centre qui lui permet d'être aussi efficace. Dans un article de Canchallena, le père du latéral s'enflamme : "Il ressemblait à Batistuta, c'était un animal". Un animal qui enfile le maillot de River Plate en…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant