Le bon choix de Mamadou Sakho

le
0
Le bon choix de Mamadou Sakho
Le bon choix de Mamadou Sakho

Comme un symbole, Mamadou Sakho retrouve une place en équipe de France au moment où les Bleus s'apprêtent à défier l'Australie vendredi? au Parc des Princes. Son jardin. Celui qui l'a fait connaître au grand public et sur lequel il a brillé avec le PSG avant de se résigner à partir face à la concurrence exacerbée à son poste. Pour l'intéressé, un départ était devenu inéluctable pour porter à nouveau le maillot Bleu et disputer la Coupe du Monde au Brésil. Et son choix de rejoindre Liverpool s'avère aujourd'hui payant. Non content d'enchaîner les titularisations avec les Reds, le défenseur international a instantanément retrouvé une place dans le groupe concocté par Didier Deschamps. Une juste récompense pour le co-leader de Premier League. « Il fallait quitter Paris pour retrouver les Bleus, explique-t-il dans un entretien accordé au Parisien. Car tout joueur de haut niveau travaille pour ça. Je sais qu'on a beaucoup parlé sur moi. Mais être sélectionné de nouveau prouve beaucoup de choses. »

« J'avais l'esprit pollué par trop de choses »

Cela prouve évidemment qu'il fallait le faire, même à contrec?ur. Ses larmes lors de ses adieux au Parc des Princes contre Monaco sont encore une déchirure pour le jeune homme de 23 ans qui a passé toute sa vie dans la Capitale. Une émotion en partie due à son passé. « Au moment de ce discours, j'ai pensé très fort à mon père Souleymane qui est parti quand j'avais 13 ans, avoue l'intéressé avec émotion. Ma mère était dans les tribunes et je me suis dit que j'aurais aimé aussi voir mon père me regarder à cet instant. Je sais qu'il aurait été fier de son fils. Et là, les larmes ont coulé. » Une fois la tristesse passée, l'intéressé pense à l'avenir et aux futurs sourires. Car Mamadou Sakho vient de retrouver une sélection qui lui est cher. « Aujourd'hui, je suis tout simplement heureux, se réjouit-il. J'ai l'impression de revivre mes débuts. J'avais l'esprit pollué par trop de choses. C'est un nouveau départ avec les Bleus. Je revis. Il n'y a plus personne pour me mettre des bâtons dans les roues et stopper ma progression. » Comme un message adressé à ses anciens dirigeants.

« Je reste un supporteur à vie de Paris »

Sans rancune mais avec un peu d'amertume, le défenseur des Reds revient tout de même sur son départ du PSG. « Ma décision a été mûrement réfléchie, affirme-t-il. J'ai vu beaucoup de choses qui heurtaient mes principes. Avant d'être des joueurs de foot, nous sommes des hommes. A Paris, je n'ai pas toujours senti du respect. Je ne voulais plus me sentir comme un numéro qu'on met dans un coin pour faire joli et « made in PSG ». Et je rajoute que je n'ai pas fait un choix financier. Sinon, j'aurais attendu janvier pour partir libre. Mais personne ne pouvait acheter mon plaisir de jouer. » Pour autant, ce n'est pas la ranc?ur qui l'anime quand lui parle de son club de toujours. Son départ en Angleterre ne lui a pas ôté tout l'amour qu'il porte au PSG. Bien au contraire. « Je reste un supporteur à vie de Paris, ajoute le défenseur international. J'ai vu le match contre l'OM dans un restaurant. A chaque but, je me suis levé pour chanter. » Le même homme donc, mais plus le même footballeur. « C'est drôle, il m'appelle Killer ! », plaisante l'intéressé. Un surnom qui en dit long sur le nouveau statut de Sakho en Angleterre.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant