Le bombardement de l'hôpital afghan de MSF, une "erreur tragique"

le
1
 (Actualisé avec détails, citations, précisions) 
    WASHINGTON, 25 novembre (Reuters) - Le bombardement d'un 
hôpital de l'ONG Médecins sans frontières (MSF) à Kunduz est une 
"erreur tragique", conclut une enquête menée par les Etats-Unis 
publiée mercredi. 
    "C'est une erreur tragique. Jamais les forces américaines 
n'auraient intentionnellement visé un hôpital ou toute autre 
installation protégée", a déclaré lors d'une conférence de 
presse le général John Campbell, commandant des forces 
américaines et de l'Otan en Afghanistan (Isaf). 
    Les activités des personnes les plus étroitement liées à cet 
incident ont été suspendues, a dit John Campbell. 
    Le 3 octobre, un bombardement de l'armée américaine, qui 
appuyait alors l'armée afghane dans sa reprise de Kunduz, a tué 
30 personnes dont 12 membres de l'ONG. 
    Selon l'enquête, les forces américaines ont cru prendre pour 
cible un autre bâtiment de la ville en raison d'un problème 
technique du système de cartographie embarqué dans l'appareil 
qui a mené l'attaque, un AC-130. 
    La cible apparaissant à l'écran était similaire à celle que 
cherchaient les forces américaines, à savoir le quartier général 
des services de la sécurité nationale à Kunduz supposé abriter 
des insurgés. 
    "Cette erreur d'identification s'est poursuivie de manière 
tragique pendant le reste de l'opération en dépit d'indications 
contraires", a déclaré Campbell. 
    Le système de localisation de l'AC-130 a fini par identifier 
le bâtiment qui devait faire l'objet de l'attaque. Celle-ci 
s'est poursuivie bien qu'aucune activité hostile n'ait été 
observée en provenance du bâtiment occupé par MSF, a reconnu 
Campbell. 
    "Il s'agit d'erreurs humaines et de procédure", a admis 
l'officier. 
    Le déroulement des événements établi par l'armée américaine 
montre que l'attaque a duré 29 minutes. Elle a commencé à 02h08 
et la base aérienne de Bagram a reçu à 02h20 un appel de MSF 
annonçant que l'hôpital était pris pour cible. 
    Il a fallu attendre 02h37 pour que l'armée américaine se 
rende compte de son erreur mais à ce moment-là l'AC-130 avait 
cessé ses opérations. 
    L'enquête a montré que 30 personnes, des membres du 
personnel médical, des patients et des assistants, avaient été 
tuées et que 37 avaient été blessées. 
    "L'enquête a montré que les individus impliqués n'ont pas 
respecté les règles d'engagement", a-t-il dit. "Le chaos ne peut 
pas justifier cette tragédie". 
    "Nous sommes totalement dévastés par ce qui s'est produit et 
nous ferons absolument tout ce qui est en notre pouvoir pour que 
cela ne se reproduise plus", a-t-il ajouté. 
 
 (Phil Stewart and Yeganeh Torbati,; Nicolas Delame et Pierre 
Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 le mercredi 25 nov 2015 à 20:45

    Les USA n'ont rien à faire en Afghanistan. Il n'y a donc aucune excuse à ces sévices.