Le boléro de Pavel

le
0
Le boléro de Pavel
Le boléro de Pavel

Voilà maintenant sept ans que le foot a perdu Pavel Nedvěd, aujourd'hui devenu vice-président de la Juventus. C'était le 30 mai 2009, contre la Lazio, face à sa famille, et il emportait en tribunes son style iconique et sa façon de voir le jeu. La fin d'une époque aussi.

S'il fallait ne retenir qu'une image de la vie de Pavel Nedvěd, ce serait certainement celle-ci : la Furia Ceca a les genoux au sol, la crinière brillante, son numéro onze dans le dos et les bras ouverts comme pour se lier définitivement avec le peuple du Stadio delle Alpi de Turin. On parle certainement là de l'une des plus belles soirées européennes que le foot des années 2000 nous a offert. Un sommet, une demi-finale retour de C1 entre la Juventus de Lippi et le Real Madrid de Del Bosque, tenant du titre. C'est une représentation parfaite, une soirée où les héros se confondent avec le scénario et où le détail est roi. D'un côté, le 4-3-1-2 de la Juve, avec un Nedvěd seul en meneur de jeu juste devant le trident magnifique Zambrotta-Tacchinardi-Davids, et une organisation tactique parfaite après une défaite 2-1 à Madrid lors de la première manche. De l'autre, un 4-2-3-1 avec les animateurs offensifs Figo et Zidane, un Cambiasso aligné pour pallier l'absence de Makelele. Au final, le travail énorme de Zambrotta, Tacchinardi et Davids empêchera l'expression de Conceição et Guti, alors que le lien est coupé vers Zidane. La Juventus a gagné la bataille tactique, s'impose (3-1) à domicile, retourne le Real et se qualifie pour une finale à Old Trafford contre l'AC Milan d'Ancelotti. Plus que jamais, Pavel Nedvěd a couru comme un prince, il n'a pas toujours été élégant, mais il a marqué le troisième but qui a assommé Madrid. La qualification est venue de son pied droit, comme contre Barcelone en quarts de finale, mais il ne verra pas Manchester. La faute à une faute bête, un carton stupide et une suspension terrible. La Juventus s'inclinera contre l'AC Milan. Mais Pavel sera Ballon d'or. C'était en 2003.

Youtube



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com