Le bois congolais pourra-t-il être importé en Europe ?

le
0

Commodesk - Au lendemain de l'entrée en vigueur du traité européen sur la réglementation de la filière bois, l'ONG Greenpeace a publié, le 4 mars, un rapport sur l'exploitation illégale de la forêt congolaise, qu'elle juge être un obstacle à l'application des réglementations de l'Union européenne (UE). L'UE étant le deuxième marché du bois congolais, derrière la Chine.

Par ces nouvelles directives de l'UE, les entreprises européennes sont contraintes d'assurer la traçabilité de leurs produits. Mais d'après les associations qui ont contribué au rapport « Coupez ! L'exploitation forestière illégale en République démocratique du Congo (RDC) - un mauvais scénario », il est quasiment impossible de déterminer l'origine légale ou non des importations de bois en provenance de la RDC.

Selon les études réalisées par une autre ONG, Resource Extraction Monitoring (REM), la loi forestière n'est pas appliquée en RDC et les producteurs illégaux peuvent agir en toute impunité, aussi bien les petits exploitants que les multinationales. L'association a souligné le manque de transparence du gouvernement, les multiples fraudes fiscales des entreprises et la corruption omniprésente dans le pays.

A titre d'exemple, le rapport de Greenpeace cite la société CEBA qui a exporté 6.784 m3 de bois en 2011, soit 2.243 m3 de plus que déclaré, selon les chiffres de la Régie des Voies Fluviales. Fin 2012, le gouvernement congolais a annulé les permis d'exploitation de CEBA et pourtant l'ONG déclare avoir observé, en janvier 2013, des stocks de grumes de CEBA dans le port de Kinkole.

Si les réglementations européennes impactent réellement la filière forestière congolaise, les exploitants pourront toujours se tourner vers d'autres marchés, la Chine notamment. Afin de limiter la destruction de la forêt et de mieux bénéficier des revenus du secteur forestier, l'Etat congolais a signé, il y a deux ans, un accord de partenariat volontaire avec l'UE. Mais selon les données du rapport, le pays ne semble toujours pas maîtriser l'ensemble de sa filière et le bois, considéré comme illégal, continue d'être exporté.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant