«Le blues» post-Afghanistan de l'armée de terre

le
0
En quittant mardi la Kapisa où elle affrontait les talibans depuis 2008, l'armée de terre française craint de ne plus avoir d'engagements à sa mesure.

Même si les communiqués officiels insistent sur les succès remportés par les forces françaises en Afghanistan et notamment en Kapisa, le départ des troupes laisse un goût d'amertume à l'armée de terre. Pas seulement parce que les soldats français quittent l'Afghanistan de façon anticipée, plus tôt que leurs homologues britanniques ou américains. Pas seulement parce qu'il n'est pas besoin de lunettes 3D pour savoir que la guerre a été perdue par les puissances occidentales et que les talibans, sitôt les talons des soldats occidentaux tournés, investiront sans doute à nouveau les provinces afghanes. Mais parce que ce type d'engagement à long terme risque d'être le dernier avant longtemps. Et que les nouveaux conflits annoncés par les stratèges ne feront pas la part belle aux Terriens.

Une ou deux brigades p...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant