Le blues des entreprises de services à la personne

le
0
Du fait d'erreurs stratégiques, les performances des entreprises de services à la personne se sont dégradées ces dernières années.

Sept ans après son ouverture aux entreprises privées, grâce aux plans Borloo (2006) et Wauquiez (2009), le marché des services à la personne (travaux ménagers, garde d'enfants, aide aux personnes dépendantes…) reste «un colosse aux pieds d'argile» car étroitement dépendant des aides de l'État, estime le cabinet Xerfi-Precepta, dans une enquête très fouillée publiée ce mercredi.

«Chaque année depuis 2006, les pouvoirs publics versent 6 milliards d'euros pour soutenir un secteur certes dynamique, mais créateur d'emplois précaires et à faible valeur ajoutée», souligne l'auteur, Jean-Christophe Briant, directeur d'études au sein de ce cabinet d'analyse indépendant.

Si leur nombre s'est multiplié, les entreprises de service à la personne (SAP) ne pèsent encore que 3 % sur un marché estimé à 37,7 milliards d'euros (don...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant