Le blé britannique perd en qualité

le
0

Les producteurs de blé britanniques ont souffert d'un niveau de précipitation trop élevé ces derniers mois. Début septembre, le retard de la récolte était d'au moins dix jours, selon la presse locale. En conséquence, le Royaume-Uni devrait être le seul Etat européen à connaître une baisse de production de blé cette année, et pourrait même être importateur net, malgré l'augmentation des surfaces.

S'il est encore tôt pour évaluer l'impact sur les quantités récoltées, il est désormais certain que la qualité de la production sera amoindrie, ont confié deux négociants en blé contactés par Commodesk.

Selon eux, la récolte à venir ne sera pas compétitive sur les marchés internationaux, du faible de sa mauvaise qualité. Le poids spécifique (PS) sera très probablement inférieur à 70 kg par hectolitre, le seuil commercialisable français étant fixé à 76 kg/hl. L'an dernier, il s'est établi à 79,4 kg/hl en France et à 78,7 kg/hl outre-Manche.

Le Royaume-Uni risque donc d'avoir des difficultés pour vendre sa production, « même pour du fourrage, car les prix sont trop élevés du fait des subventions », explique un négociant. Par ailleurs, il va devoir importer du blé de bonne qualité pour ses meuneries. Les marchés baltiques et l'Allemagne devraient être privilégiés par rapport à la France, là encore du fait des différences de prix.

Les Britanniques n'ont même pas la possibilité de puiser dans leurs stocks, puisque ceux-ci sont actuellement très bas. En prévision de la mauvaise récolte à venir, seulement 15.600 tonnes de blé ont été vendues en juillet, le plus bas niveau depuis six ans.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant