Le billet en francs vit ses derniers jours

le
1
Les détenteurs de billets en franc ont encore une semaine pour les échanger contre des euros. Ensuite, ils deviendront une monnaie de collection.

La monnaie unique n'est pas encore totalement rassurée sur son avenir, mais les francs -eux- vivent bel et bien leur dernière heure. Les ultimes détenteurs de billets en francs ont jusqu'au vendredi 17 février pour les échanger contre des euros dans l'une des 70 succursales de la Banque de France. Passée cette date, les 50 millions de coupures, soit 4 milliards de francs, encore en circulation perdront toute valeur et deviendront un bien réservé aux seuls collectionneurs. Un trésor estimé à près de 600 millions d'euros dont la majeure partie devrait disparaître dans la nature. Du côté de la Banque de France, on ne s'attend pas à récupérer plus de 100 millions d'euros, dans le meilleur des cas. De quoi, en cette période de rigueur budgétaire faire les affaires des gestionnaires publics.

En effet, les francs considérés comme disparus -qui pourraient représenter in fine une valeur de 500 millions d'euros- ont d'ores et déjà été inscrits dans les recettes du budget prévisionnel 2012 par le ministère de l'Économie et des Finances. Cela s'appelle «le culot d'émission»: quand elle fabrique des billets pour le compte de l'État, la Banque de France détient comptablement une créance sur le Trésor. Les billets non rendus par les particuliers sont donc autant d'argent que l'État ne versera pas à la banque, ce qui explique cette bonne nouvelle pour les comptes publics.

jechangemesfrancs.com

Pourtant, la Banque de France a constaté une nette accélération du retour des billets à ses guichets cette semaine. «Ils devraient encore s'amplifier jusqu'à vendredi prochain. En général, les Français aiment s'y prendre à la dernière minute», explique Olivier Fournier, collectionneur et président de l'association de numismatique les Amis de l'euro. «Un très grand nombre de personnes ont gardé un billet de chaque valeur en souvenir. À la différence de l'euro, les francs se distinguaient par la beauté des dessins qui étaient très identitaires», ajoute-t-il.

Les profils des personnes encore en possession de francs sont très variés. Certains rapportent des liasses retrouvées dans les réserves familiales, connues ou cachées. D'autres, sceptiques au départ sur les chances de survie de l'euro se sont finalement résignés à croire en la monnaie unique et ramènent des piles de billets de 200 ou de 500 francs. Le reste, l'immense majorité des billets qui ne reviendront plus, sont détenus par des collectionneurs mais surtout par les touristes n'ayant pas échangé leurs francs lors de leurs séjours dans le pays, il y a plus de dix ans. «Si l'on se base sur les retours précédents, ce sont surtout les petites coupures qui ne reviennent pas. En revanche, il arrive parfois qu'on nous rapporte de grosses sommes de 100, 200 ou 500 francs… les fameux bas de laine!», explique la Banque de France.

L'opération actuelle ne porte que sur les cinq types de billets issus de la dernière collection. Les pièces, quant à elles, ne sont plus monétisées depuis 2005. La Banque de France s'est engagée à échanger les vieux francs, même abimés, contre des euros sous réserve «que plus de la moitié du papier soit encore présente». Les particuliers qui possèdent encore chez eux des billets même un peu déchirés peuvent donc encore tenter de les échanger.

Pour leur simplifier la vie, l'institution monétaire a lancé un site Internet jechangemesfrancs.com précisant l'adresse des succursales où rapporter ses billets et les valeurs d'échange en euros correspondantes.

LIRE AUSSI: 

» Tous les épargnants ou presque davantages taxés 

» «Il faut voir l'or comme une assurance-vie» 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Al2175 le dimanche 12 fév 2012 à 20:27

    pas si sur !