Le bilan du ferry sud-coréen s'alourdit, l'espoir diminue

le
0
L'ESPOIR DE RETROUVER DES SURVIVANTS APRÈS LE NAUFRAGE DU FERRY SUD-CORÉEN DIMINUE
L'ESPOIR DE RETROUVER DES SURVIVANTS APRÈS LE NAUFRAGE DU FERRY SUD-CORÉEN DIMINUE

par Jungmin Jang et Ju-min Park

MOKPO/JINDO Corée du Sud (Reuters) - Le capitaine du ferry qui a chaviré mercredi matin au large de la Corée du Sud, faisant au moins 28 morts et 274 disparus, a été arrêté, rapporte l'agence de presse Yonhap.

Lee Joon-seok, qui est âgé de 69 ans, ne se trouvait pas dans la passerelle de commandement du Sewol lorsque le bâtiment a commencé à chavirer.

Le ferry transportait 476 personnes. Le dernier bilan en date fait état de 28 morts, dont les corps ont été repêchés, et 274 disparus; 174 autres ont pu être secourues saines et sauves.

Les opérations des plongeurs sont toujours entravées par des courants violents et un manque de visibilité dans l'eau trouble.

"On ne peut même pas voir la couleur blanche du navire. Nos hommes ne peuvent que toucher la coque avec leurs mains", a expliqué Kim Chun-il, un plongeur de la société Undine Marine Industries, à des proches des victimes rassemblés près du centre des secours dans le port de Jindo.

Faute de parvenir à pénétrer dans la coque, les secours injectent de l'air dans la salle de restaurant où certains passagers pourraient avoir trouvé refuge, quand bien même l'espoir de retrouver des survivants s'amenuise à mesure que les heures passent et que le ferry s'enfonce dans la mer, profonde à cet endroit d'une cinquantaine de mètres.

Les autorités envisageaient vendredi d'utiliser un petit sous-marin sans équipage pour l'inspecter.

L'enquête sur l'origine du drame va parallèlement se poursuivre avec l'interrogatoire du capitaine du ferry. Selon les garde-côtes, les enquêteurs étudient trois hypothèses: une erreur de navigation, un problème d'arrimage des marchandises ou un problème structurel du ferry vieux de 20 ans.

Les médias locaux rapportent que le ferry pourrait avoir brusquement fait demi-tour, ce qui l'aurait déséquilibré.

SUICIDE D'UN RESCAPÉ, QUI ACCOMPAGNAIT DES ÉLÈVES

L'incertitude sur le déroulement des faits alimente la colère des familles des victimes, qui ont publiquement mis en cause le capitaine en lui reprochant ainsi qu'à certains membres de l'équipage d'avoir été parmi les premiers à abandonner le navire.

"Comment a-t-il pu demander aux enfants de rester à bord et sauter du bateau alors qu'il était en train de couler?", a demandé Ham Young-ho, grand-père d'un adolescent de 17 ans dont le corps a été repêché.

La plupart des passagers étaient des lycéens d'une école de la banlieue de Séoul qui se rendaient en voyage scolaire sur l'île de Jeju, à une centaine de kilomètres au sud de la péninsule coréenne.

Un proviseur adjoint du lycée, qui accompagnait les élèves dans ce voyage scolaire, s'est suicidé. Il a été retrouvé vendredi pendu à un arbre devant un gymnase du port de Jindo où sont regroupés les proches des disparus, a annoncé la police.

Kang Min-kyu, 52 ans, qui avait été secouru après le naufrage du ferry, était porté disparu depuis jeudi.

Selon des témoins, l'équipage a demandé aux lycéens de rester dans leurs cabines quand le ferry a commencé à gîter dangereusement avant de se retourner environ deux heures plus tard à 25 km au sud-ouest de Jindo, une île reliée au continent. La moitié des 20 membres d'équipage sont également portés disparus.

Chonghaejin Marine, la compagnie maritime propriétaire du navire, a pris la défense du capitaine Lee Joon-seok en parlant d'un "capitaine expérimenté qui a conduit des ferries entre Incheon et Jeju pendant 20 ans".

La compagnie, qui possède quatre autres bateaux et a fait état de pertes financières de 785 millions de wons (550.000 euros environ) l'an dernier, fait l'objet d'une enquête.

(Tangi Salaün, Jean-Stéphane Brosse et Clémence Apetogbor pour le service français; édité par Henri-Pierre André)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant