Le bilan de la gestion collective au deuxième trimestre confirme un mois de juin exécrable

le
0

(NEWSManagers.com) - Début d'été difficile pour le marché des OPCVM de droit français. Selon le bilan trimestriel de la gestion collective réalisé par Europerformance a SIX Company, l'encours de 743,7 milliards d'euros au terme du deuxième trimestre, marque une contraction de 5,4%, soit 42,7 milliards d'euros de moins par rapport à fin mars. Or, pour le seul mois de juin, Europerformance indiquait récemment que la baisse des actifs sous gestion avait été de 5,5 %, soit une perte de... 43,5 milliards d'euros.

Cela étant, " l'effet performance" et " l'effet souscriptions nettes" n'ont pas eu le même poids sur le trimestre comparé à ce qu'il en a été en juin. Au deuxième trimestre, l'effet performance n'explique que 2,6 milliards d'euros de perte d'encours par rapport à fin mars contre 14 milliards en juin, alors que les sorties nettes auront représenté 38,7 milliards d'euros contre 29,3 milliards en juin. Mais le deuxième trimestre offre surtout un visage très différent pour les OPCVM de droit français, comparé aux trois premiers mois de l'année : entre janvier et mars, 3,5 milliards d'euros avaient été collectés...

Première classe d'actifs responsable de l'hémorragie au deuxième trimestre, les OPCVM de Trésorerie. Ils enregistrent un repli très net de 8,6% par rapport à fin mars (-29,5 milliards d'euros de rachats) et représentent 306,8 milliards d'euros toutes catégories confondues, fin juin. Certes, les opérations d'ordre comptable menées à cete période de l'année par les trésoriers d'entreprise ont leur part de responsabilité mais selon Europerformance, la récente baisse du taux de refinancement de la Banque Centrale Européenne aura également joué le rôle " d'accélérateur des flux sortants" .

Logiquement, les catégories investies sur des actifs risqués ont été aussi fortement touchées par les sorties. A eux seuls les OPCVM Actions voient leurs encours diminuer de 3,7%. Soit l'équivalent de 7 milliards d'euros de moins par rapport à fin mars. De fait, indique l'enquête, " le total des actifs gérés en fonds actions atteint désormais 181,1 milliards d'euros." Toutes catégories confondues, le total des flux sortants aura rassemblé 5,2 milliards d'euros au cours du trimestre, dont 2,2 milliards d'euros provenant des sorties des fonds actions Europe et 1,8 milliards d'euros provenant des sorties des fonds actions internationales et marchés émergents.

Quant à " l'effet performance" , il fait ressortir une perte de 968 millions d'euros sur les trois derniers mois.

L'encours des OPCVM Obligations est également en baisse sur le trimestre. Il diminue de 1,9% pour se fixer à 74,4 milliards d'euros. La décollecte nette s'est élevée à 557 millions d'euros dont une part prépondérante a concerné les fonds Obligations Euro (-583 millions d'euros). A l'inverse, entre mars et juin, note l'étude, " les catégories Haut Rendement et Obligations Internationales affichent une collecte nette positive de, respectivement, 100 millions d'euros et de 50 millions d'euros."

Pour sa part, l'effet performance est responsable d'une perte de 204 millions d'euros sur le trimestre.

Côté fonds d'obligations convertibles, l'encours a continué de croître : à 13,7 milliards d'euros, les actifs sous gestion ont progressé de 0,2% par rapport à fin mars. Cependant, une décollecte de près de 42 millions d'euros a été constatée lors de ce deuxième trimestre sachant néanmoins que les fonds de catégorie Convertibles Euro ont enregistré 164 millions d'euros de rachats, tandis que les fonds de catégorie Convertibles Europe et de catégorie Convertibles Internationales ont été positifs (51 millions d'euros et 71 millions d'euros), relève l'étude.

Enfin, l'effet performance a été positif et a permis d'engranger près de 153 millions d'euros.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant