Le bilan de l'arbitrage

le
0
Le bilan de l'arbitrage
Le bilan de l'arbitrage

Les sifflets se sont bien tenus pour cet Euro. Les joueurs aussi. On fait le bilan arbitrage de cette édition 2016.

Péno ou pas ? Jaune ou rouge ? Scandale planétaire ou simple erreur humaine excusable ? Telles sont les questions qui accompagnent souvent la fin des grandes compétitions comme l'Euro. Sauf que ce coup-ci, les rageux ou autres adeptes de la théorie du complot ne vont pas avoir grand-chose à glisser sous leurs crocs acérés. En effet, lors de cet opus 2016, les hommes en noir sortent tous du conseil de classe en sautillant avec, dans leurs mains, un bon bulletin final. Ici, pas de Schumacher passant à travers les mailles de la police comme au Mondial 82 et pas de but salement refusée comme ce fut le cas pour l'Angleterre et le pauvre Lampard face à l'Allemagne, en 2010, en Afrique du Sud.

Bravo, messieurs les arbitres


Il restera toujours à redire (oui, l'arbitre est un homme comme les autres et l'erreur est humaine) et les Français les plus ronchons pourront toujours se remémorer amèrement cette main imaginaire de Koscielny, sifflée et sanctionnée d'une biscotte, en finale contre le Portugal. Mais il n'empêche, cet Euro 2016 a été dirigé d'une main de maître par les arbitres. Outre une véritable absence de grosses boulettes, il faut aussi saluer le choix des gendarmes d'avoir fait la part belle au jeu en laissant celui-ci se poursuivre avant, éventuellement, de revenir en arrière et de sanctionner une faute quand l'avantage n'avait rien donné.


Cela a notamment permis d'éviter aux spectateurs d'assister à des phases de jeu saccadées. Ce qui n'est pas un mal, vu le niveau global des prestations des équipes, qui lui a souvent été au centre des critiques des observateurs pendant la compétition. Pour faciliter la tâche de ceux qui n'ont pas le même maillot mais la même passion, la goal-line technology a été mise à leur disposition mais ils n'ont cependant jamais eu à se servir. Pour ce qui est des positions de hors-jeu, l'UEFA a récemment publié un chiffre qui met indubitablement les arbitres à l'honneur. En effet, avec 94,2% de décisions jugées correctes, c'est peu de dire que les arbitres de touches ont eu l'œil avisé et le lever du drapeau habile.

Les agneaux ont remplacé les loups


Plus généralement, le comportement global de tous les acteurs doit…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant