Le bénéfice de Deustche Bank en hausse grâce à l'obligataire

le
0
HAUSSE DE 16% DU BÉNÉFICE IMPOSABLE DE DEUTSCHE BANK AU 2E TRIMESTRE
HAUSSE DE 16% DU BÉNÉFICE IMPOSABLE DE DEUTSCHE BANK AU 2E TRIMESTRE

(Reuters) - Deutsche Bank a fait part mardi d'une hausse de 16% à 917 millions d'euros de son bénéfice imposable au deuxième trimestre, à la faveur d'une hausse des recettes tirées du trading obligataire, se distinguant ainsi de ses principales concurrentes américaines.

Dans ce segment, le revenu net s'est élevé à 1,8 milliard d'euros, alors que ses rivales ont enregistré une baisse moyenne de 9% sur le trimestre.

L'annonce a séduit les investisseurs, le titre étant indiqué en hausse de 1,6% dans les échanges d'avant-Bourse.

Les banques d'investissement ont dans l'ensemble rencontré d'intenses difficultés sur la période d'avril à juin, en raison à la fois d'une baisse d'activité de leur clientèle, de taux qui restent bas et d'une poursuite de restructuration de leurs activités.

"Nous prenons des mesures spécifiques pour faire face aux problèmes structurels que connaît l'industrie", a d'ailleurs déclaré Anshu Jain, l'un des deux coprésidents du directoire de la banque lors d'une téléconférence pour commenter les résultats.

"Nous nous attendons à ce que les défis liés aux volumes (d'activité) et à la volatilité persistent à court et moyen termes", a-t-il ajouté.

Les analystes s'attendaient en moyenne à ce que Deutsche Bank fasse état d'un bénéfice avant-impôts de 590 millions d'euros, le plus pessimiste d'entre eux anticipant une perte de 694 millions d'euros contre un gain de 1,1 milliard pour le plus optimiste.

"Pour moi, l'agréable surprise provient de la vente de dette et du trading, ainsi que de la ligne de coûts", commente Neil Smith, analyste de Bankhaus Lampe.

"Les ventes et le trading sont meilleurs que ce que j'attendais, c'est à dire stables d'une année sur l'autre, contre une baisse de 10% à 15% observée dans d'autres banques. Avant la publication des banques américaines, les attentes étaient plus médiocres encore, de -20% à -25%."

Deutsche Bank a par ailleurs annoncé le relèvement des montants mis en réserve pour frais de justice, les portant de 1,8 à 2,2 milliards d'euros. La banque a multiplié ces derniers temps les démêlés judiciaires qui lui ont déjà coûté plus de 5 milliards d'euros au cours des deux dernières années.

"Il y a une incertitude de taille sur le calendrier et sur l'ampleur de l'impact potentiel. Par conséquent, le coût réel des frais de justice sur le bilan de l'exercice 2014 est imprévisible" a prévenu la banque.

Deutsche Bank a encore été visée en juillet par les autorités américaines, les régulateurs lui reprochant une certaine négligence dans la publication de ses résultats financiers, l'emploi de technologies médiocres et des systèmes d'audit et de supervision insuffisants.

Depuis le début de l'année, le cours de Deutsche Bank affiche une baisse de 20% alors que l'indice Stoxx paneuropéen des banques enregistre une hausse de 1%.

(Rédaction de Francfort, Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Joanny)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant