Le bénéfice d'Adecco légèrement inférieur aux attentes

le
0
LE BÉNÉFICE D'ADECCO DÉÇOIT AU 2E TRIMESTRE
LE BÉNÉFICE D'ADECCO DÉÇOIT AU 2E TRIMESTRE

ZURICH (Reuters) - Adecco a fait état d'une hausse légèrement moins marquée que prévu de son bénéfice net du deuxième trimestre, ce qui n'empêche pas le numéro un mondial du travail temporaire de confirmer ses prévisions pour l'ensemble de 2015.

Le groupe suisse a ainsi vu son résultat augmenter de 22% sur la période, à 177 millions d'euros alors que six analystes interrogés par Reuters avaient anticipé en moyenne 182 millions. Le chiffre d'affaires a progressé de 12% sur la période, à 5,58 milliards d'euros, contre un consensus de 5,53 milliards.

Adecco a précisé que ses revenus avaient renoué avec la croissance en France et en Allemagne et que la hausse s'était accélérée dans les pays du Benelux et Italie.

"L'amélioration en Europe a été partiellement effacée par une modération de la croissance en Amérique du Nord", ajoute le groupe dans un communiqué.

Selon des premières indications d'avant-Bourse, le titre Adecco devrait ouvrir en baisse de 1,2%.

"Nous sommes déterminés à atteindre notre objectif d'une marge opérationnelle supérieure à 5,5% en 2015, qui est conditionné par une accélération de la croissance du chiffre d'affaires sur le second semestre de l'année", déclare Patrick de Maeseneire, directeur général d'Adecco, cité dans le communiqué.

"Etant donné les tendances à l'oeuvre dans nos activités, les perspectives économiques actuelles et une base de comparaison favorable, nous tablons toujours sur cette accélération."

Sur le deuxième trimestre, la marge opérationnelle avant éléments exceptionnels a progressé de 30 points de base par rapport à il y a un an, à 4,9%.

Le mois dernier, Randstad, le numéro deux mondial du secteur, avait annoncé un bénéfice et un chiffre d'affaires supérieurs aux attentes pour le deuxième trimestre, le groupe néerlandais disant alors que les entreprises embauchaient et que la croissance s'accélérait en dépit des inquiétudes liées à la Grèce et à l'Ukraine.

(Michael Shields, Benoît Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant