Le Bélier, Plastivaloire, MGI Coutier : faut-il profiter de la décote?

le , mis à jour le
0
Quelles que soient leurs spécialités, tous les équipementiers automobiles affichent une belle dynamique de croissance rentable. (© Plastivaloire / Autotube / Fotolia)
Quelles que soient leurs spécialités, tous les équipementiers automobiles affichent une belle dynamique de croissance rentable. (© Plastivaloire / Autotube / Fotolia)

À la Bourse de Paris cohabitent deux catégories d’équipementiers automobiles. Il y a, d’un côté, les grosses cylindrées membres des indices SBF 120 (Faurecia et Plastic Omnium) ou CAC 40 (Michelin et Valeo) et valorisées plusieurs milliards d’euros. De l’autre, naviguent Le Bélier, MGI Coutier et Plastivaloire, trois acteurs dits "de rang 2", dans le sens où leurs clients directs sont majoritairement les grands équipementiers plutôt que les constructeurs.

À l’instar des Valeo et consorts, leurs performances financières, difficilement comparables du fait de l’appartenance de ces sociétés à des segments d’activités différents, se rejoignent sur le chemin de la croissance rentable.

Le Bélier seulement freiné par le prix de l’aluminium

Au premier semestre, l’équipementier automobile spécialisé dans la fabrication d’éléments de sécurité en aluminium a enregistré un chiffre d’affaires de 158,5 millions d’euros, en baisse de 3,1%. Mais corrigés des variations de prix de l’aluminium, les revenus se sont inscrits en hausse de 3,3%.

Et c’est bien là l’essentiel puisque l’effet matières premières est quasiment neutre sur la marge brute étant donné que les prix de vente sont indexés sur les cours de l’aluminium.

Après ce premier semestre conforme

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant