Le bel automne de monsieur Jack

le
0
Le bel automne de monsieur Jack
Le bel automne de monsieur Jack

Débarqué en prêt à Bournemouth dans les dernières heures du mercato estival, Jack Wilshere est en train de se retaper dans la lumière, loin d'Arsenal. Au point de retrouver logiquement une place en sélection nationale et alors qu'Arsène Wenger est déjà pressé de le revoir. Comme un concentré de la vie d'espoir du prince Jack.

Sept cent soixante et onze jours. L'horloge tournait et le temps passait dans un silence presque coupable. La dernière fois que l'Angleterre avait vu ça, le pays se réveillait déjà d'une gueule de bois internationale terrible, et le refrain était déjà plus ou moins connu. La silhouette était un espoir et le joueur un talent qui réveillait les souvenirs d'une époque plus heureuse. Le crack est un phénomène intéressant à travers les sports et peut-être encore un peu plus dans le foot. Il y a de tout, quelques réussites mais surtout beaucoup de déchets. Il faut revenir à l'Emirates Stadium de Londres, un samedi 13 septembre 2014. Ce jour-là, Arsenal recevait Manchester City. Un après-midi parfait, un choc superbe, une volée magnifique d'Alexis Sánchez et un nul finalement logique (2-2) au bout de quatre-vingt-dix minutes d'une bataille, une vraie.


C'était il y a maintenant plus de deux ans et, sans le savoir à l'époque, cette affiche est devenue un marqueur de la vie de Jack Wilshere qui avait piqué parfaitement son ballon au-dessus de Joe Hart après une heure de jeu. Car l'international anglais (trente-quatre sélections) cavalera pendant une rencontre entière. Pour beaucoup, ce n'est rien. Lui devra attendre ensuite 771 jours pour connaître de nouveau ce sentiment de la copie complète. Pour ça, Jack Wilshere a dû se barrer pour la deuxième fois de sa carrière d'Arsenal dans les dernières heures du mercato estival. Direction Bournemouth, son Vitality Stadium, son coach ambitieux, Eddie Howe, et la réputation que le club s'est progressivement créée. Et le 22 octobre dernier, Wilshere a rejoué un match complet pour la première fois depuis septembre 2014. Comme le dernier point de l'oscilloscope qu'est sa carrière depuis ses premiers pas professionnels six ans plus tôt. Assez pour lui permettre de retrouver une sélection nationale qui l'a toujours considéré pour ce qu'il est : un joueur à part.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant